BELGIQUE

Paul Magnette: «Les Wallons ne vivent pas au crochet des Flamands»

Paul Magnette: «Les Wallons ne vivent pas au crochet des Flamands»

- BELGA

Paul Magnette démystifie le cliché: non la Wallonie ne vit pas au crochet de la Flandre. Et n’a pas peur de la fin des transferts.

Pour son deuxième débat sur l’État de la Wallonie, Paul Magnette, brillant orateur comme à son habitude, n’a pourtant pas été très original. Son message, comme l’an passé: tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes pour la Wallonie. Mais elle est sur la bonne voie: ses indicateurs socio-économiques le prouvent.

En gros, le taux d’emploi peine encore à décoller mais la croissance est bonne par rapport à la moyenne européenne et même par rapport au champion flamand avec qui elle réduit l’écart lentement mais sûrement.

Nos PME doivent aussi se diversifier et élargir leurs horizons d’exportations. Quant à ces mêmes PME et aux Wallons, ils doivent apprendre, dit Magnette, a plus consommer local pour stimuler l’économie interne.

Ne pas craindre l’autonomie financière

Le point le plus intéressant du discours du ministre-président fut sans aucun doute son analyse sur la fin des transferts institutionnels et la solidarité interpersonnelle Nord-Sud.

D’abord, dit Magnette, arrêtons de faire tout un plat avec les transferts d’argent entre Flandre et Wallonie: En Belgique, ils représentent 290 euros par an et par habitant. «A titre de comparaison, l’ex-Allemagne de l’Ouest transfert 1200 euros par an et par habitant vers l’ex-RDA».

La Wallonie devra se débrouiller seule sans l’aide de la Flandre à partir de 2025? Là encore, Magnette relativise.

«Les transferts de la Flandre, ce sont 652 milliards sur un budget de 13 milliards» dit-il. «À partir de 2025, nous devrons donc faire un effort de 60 millions par an pendant 10 ans. Je connais beaucoup de ministres du Budget qui seraiet contents avec un trou pareil à boucher… C’est quatre fois moins que ce que va coûter le tax shift» tacle Magnette. Qui ajoute: «Non, la Wallonie ne vit pas au crochet de la Flandre. On n’est pas des junkies qui attendent après une manne financière».

Et il en va de même avec la solidarité interpersonnelle insiste le ministre président qui réfute une «surconsommation» de la sécurité sociale. Le chômage? Oui, La Flandre paye un peu pour la Wallonie. Mais il ne compte que pour 10% des dépenses de sécurité sociale. Au contraire des pensions dont les Flamands bénéficient plus que nous.

Bref, conclut Magnette, tout mis dans tout, la Wallonie ne profiterait pas plus de la Flandre que l’inverse. Comme dirait l’autre, c’est rien de le dire, mais ça ne va pas plus mal en le disant…

Nos dernières videos