BELGIQUE

Belgocontrol: Charles Michel dénonce une grève sauvage «irresponsable»

Belgocontrol: Charles Michel dénonce une grève sauvage «irresponsable»

Charles Michel a également menacé de sanctions les médecins qui délivreraient des certificats de complaisance. Reporters/Abaca

Le Premier ministre Charles Michel a appelé mercredi les contrôleurs du trafic aérien qui se sont mis «en grève sauvage» en se portant malades à faire preuve de responsabilités et à reprendre le travail.

Charles Michel a également menacé de sanctions les médecins qui délivreraient des certificats de complaisance.

«C’est une grève sauvage, c’est totalement inacceptable. C’est une grève qui est irresponsable» alors que le pays et l’aéroport de Bruxelles-National se relèvent à peine des conséquences des attentats du 22 mars dernier qui ont fait 32 morts, a-t-il affirmé à la presse à la sortie d’une réunion en commission de la Chambre.

«Je n’accepte pas qu’une poignée décide de prendre le pays en otage, de mettre notre image et notre situation économique en danger», a ajouté M. Michel, qualifiant l’aéroport national de «poumon économique du pays».

Le chef du gouvernement fédéral a aussi prévenu les médecins qui délivreraient des certificats de complaisance aux contrôleurs du trafic aérien employés par Belgocontrol. «Selon moi, ils devraient être sanctionnés, c’est un message très clair pour les médecins», a-t-il dit.

«J’espère que très rapidement, dans les heures qui viennent, on puisse retrouver le chemin de la responsabilité et de la sagesse», a poursuivi le Premier ministre, rappelant que la Belgique avait vécu depuis le 22 mars des «moments difficiles».

«

«Je voudrais que l’on arrête de scier la branche sur laquelle on est assis»

»

«Nous avons travaillé avec beaucoup d’engagement pour tenter de remettre en ordre l’aéroport (de Zaventem). Je voudrais que l’on arrête de scier la branche sur laquelle on est assis», a-t-il encore dit, alors qu’une réunion rassemblant les syndicats du personnel de Belgocontrol et les ministres de la Mobilité et de l’Emploi, Jacqueline Galant et Kris Peeters, devait se tenir mercredi en fin de matinée.

M. Michel a souligné que cette rencontre visait à «convaincre (les contrôleurs grévistes) de reprendre le travail».

Il a salué les appels lancés par certains syndicats, comme le SFLP (syndicat libre de la fonction publique) à reprendre le travail,

Le secrétaire du SLFP, Lennert Mervilde, a invité mercredi les contrôleurs aériens affiliés à son syndicats à ne pas se porter indûment malades.

Les perturbations enregistrées depuis mardi après-midi dans le ciel belge sont dues à un mouvement d’humeur d’une partie du personnel de Belgocontrol, l’entreprise publique chargée du contrôle du trafic aérien, qui proteste contre les termes d’un accord signé plus tôt dans la journée pour mettre fin à un conflit social entamé à la mi-mars. Mais cet accord n’a pas satisfait la Guilde des contrôleurs aériens (80 personnes sur les 280 contrôleurs aériens) qui a dès lors demandé à ses membres de se porter malades.

La Guilde des contrôleurs aériens mise en demeure de reprendre le travail

Belgocontrol a mis en demeure Marysse Meulemans, présidente de la Guilde des contrôleurs aériens, et souhaite que ses membres reprennent le travail. L’organisation est accusée par la direction de Belgocontrol d’avoir demandé à ses membres de se porter malade.

La lettre envoyée par Belgocontrol est considérée comme un «dernier avertissement» destiné à la Guilde pour que celle-ci reprenne le travail.

Nos dernières videos