GREZ-DOICEAU

Un castor mort de coups volontaires à Grez-Doiceau?

Un castor mort de coups volontaires à Grez-Doiceau?

L’état du castor, mort depuis plusieurs jours, ne permet pas son transfert vers l’ULg où il aurait pu être autopsié. Éric Chiliade

Des riverains de la rue de Royenne ont découvert un castor mort ce week-end.C’est le second en trois ans.

Malheureux hasard ou coup calculé de la part d’un individu malintentionné? Toujours est-il qu’un castor mort a été découvert sur le Train par des riverains de la rue de Royenne, à Grez-Doiceau.

Soit à l’endroit exact où un premier castor avait été retrouvé il y a deux ou trois ans. À l’époque, l’autopsie pratiquée par les services de l’ULg avait conclu à un décès des suites de coups volontaires. Pour le dernier en date, une femelle vraisemblablement, c’est plus difficile à déterminer. «Je me suis rendu sur place ce mardi matin. L’animal est mort depuis plusieurs jours, peut-être une semaine. Les rats en ont profité et son transport vers Liège est devenu impossible. On ne pourra donc pas l’examiner. Malgré tout, un procès-verbal a été rédigé. J’y relate les deux cas», nous confie Éric Chiliade, brigadier forestier sur le triage de Chaumont-Gistoux.

Une espèce protégée

S’il s’agit d’un acte malveillant, l’auteur s’expose à des poursuites. À condition bien sûr qu’il soit identifié, ce qui semble compliqué.

Le rongeur est un animal protégé. «Nous allons accentuer notre surveillance. Il est vrai que les castors sont de plus en plus nombreux dans notre région. Au niveau des nuisances qu’ils peuvent engendrer, nous intervenons uniquement lorsque la sécurité est mise à mal. Courant février notamment, les autorités communales de Grez-Doiceau ont obtenu une dérogation pour détruire un barrage aménagé sous le pont de la rue de Rhode. Il y avait des risques pour la stabilité de l’ouvrage.»

Un autre castor secouru

À quelques kilomètres de la rue de Royenne, sur le territoire de Chaumont-Gistoux cette fois, un castor a eu plus de chance que son acolyte de Grez-Doiceau. Coincé dans le compartiment roue du vieux moulin à eau d’Inchebroux, il a été secouru par les propriétaires des lieux. Ceux-ci ont installé une échelle samedi, lui permettant de s’échapper dans la nuit. D’après Éric Chiliade, le brigadier forestier, il ne peut s’agir du même spécimen. L’autre étant décédé depuis plus longtemps…


Nos dernières videos