POLITIQUE

«Attristé» par la démission de Joëlle Milquet, le cdH salue un «geste qui honore cette femme d'État»

Le président du cdH Benoît Lutgen a assuré Joëlle Milquet du soutien de son parti après l’annonce de l’inculpation et de la démission de la vice-présidente de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

L’information est tombée ce lundi matin: Joëlle Milquet remet son mandat de vice-présidente et de ministre de l’Education, de la Culture et de l’Enfance à la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), à la disposition du parlement francophone. En cause: son inculpation dans une affaire d’emplois fictifs datant de 2014.

Milquet, qui juge cette inculpation «infondée», peut compter sur le soutien de son parti. Benoît Lutgen, le président du cdH, s’est exprimé durant les journaux télévisés pour faire front avec sa prédécesseure. «L’ensemble des responsables et mandataires du cdH est particulièrement attristé par la démission de Joëlle Milquet. Le cdH, auquel elle donne tant et qu’elle incarne depuis sa création, salue le geste de Joëlle qui l’honore. Il lui permettra d’avoir toute la liberté nécessaire, sans pression extérieure, pour démontrer son innocence en toute sérénité et avec force.»

Soulignant «son souci de la bonne gouvernance et sa parfaite intégrité», Lutgen a estimé qu’elle montrait «une nouvelle fois sa stature de femme d’État.» «Avec l’énergie qu’on lui connaît, le cdH ne doute pas de la poursuite de son investissement total dans les combats qui lui tiennent à cœur», ajoute-t-il avant de conclure: «Dans ces moments particulièrement difficiles, injustes pour elle et douloureux pour ses proches, le cdH entend lui témoigner toute son affection et sa confiance en l’avenir.»

+ LIRE AUSSI | Le parquet général confirme l’inculpation de Joëlle Milquet

+ LIRE AUSSI | Une « source d’inquiétude » pour le Pacte d’excellence

+ LIRE AUSSI | Inculpée, Joëlle Milquet démissionne

+ LIRE AUSSI | L’article du Code Pénal qui avait déjà fait tomber Lizin

 

Le MR demande à la majorité de désigner rapidement un nouveau ministre de l'enseignement

 

Le cdH n'a pas encore annoncé le nom du successeur de Joëlle Milquet. Dans l'opposition au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le MR presse la majorité PS-cdH de "rapidement mettre un pilote à la tête de l'enseignement francophone".
"C'est un coup de tonnerre pour notre enseignement, car de gros dossiers sont en cours. Ainsi, alors que nous sommes à moins de deux mois de la période d'examens dans les écoles, un arrêté devait être signé ces jours-ci pour organiser les épreuves externes et éviter les fuites comme l'an passé. Qui va le signer? Et quand? ", interroge la cheffe de groupe MR, Françoise Bertieaux, dans un communiqué.
Les réformateurs pointent tous les chantiers ouverts par Joëlle Milquet, que ce soient les places supplémentaires dans les écoles, la refonte attendue du décret Inscriptions ou encore le Pacte pour un enseignement d'excellence qui devait aboutir d'ici cet été.
"Ce sont là des priorités qu'on ne peut laisser en suspens. Notre enseignement a besoin rapidement d'un pilote qui connaisse la complexité politique et la technicité de ces dossiers pour ne plus perdre de temps!", conclut le communiqué des réformateurs.

Nos dernières videos