ATTENTATS

La cellule djihadiste de Bruxelles voulait à nouveau frapper la France ; Abrini inculpé des attentats de Paris et Bruxelles

L’objectif de la cellule djihadiste basée à Bruxelles était de frapper à nouveau la France, mais elle s’est décidée dans l’urgence à lancer des attaques dans la capitale belge, a rapporté dimanche le parquet fédéral.

Si les terroristes se sont rabattus sur Bruxelles, c’est parce que l’enquête belge avançait «trop vite», menaçant ainsi leurs plans initiaux. L’info datait d’hier mais elle n’avait pas été confirmée par le parquet. C’est chose faite maintenant:

«Le parquet fédéral confirme qu’il ressort de plusieurs éléments de l’enquête que l’objectif du groupe terroriste était de frapper à nouveau la France et que c’est pris de court par l’enquête qui avançait à grands pas qu’ils ont finalement décidé dans l’urgence de frapper Bruxelles», explique le parquet dans un bref communiqué, au lendemain de l’arrestation d’un des suspects clés, Mohamed Abrini.

Selon Claude Moniquet, expert en contre-terrorisme, on a retrouvé deux lieux dans un ordinateur: le centre commercial dans le quartier de la Défense ainsi que le siège d’une association catholique.

Inculpé aussi des attaques de Bruxelles

Le parquet fédéral avait annoncé dans l’après-midi l’inculpation et la mise sous mandat de Mohamed Abrini pour les attentats du 13 novembre dernier commis à Paris.

Il a été également inculpé d’»assassinats terroristes» dans le dossier des attaques du 22 mars à Bruxelles, a annoncé dimanche le parquet fédéral. Le juge a retenu à son encontre les chefs de «participation aux activités d’un groupe terroriste, d’assassinats terroristes et de tentatives d’assassinats terroristes».

Arrêté vendredi, Abrini, qui était recherché depuis novembre, a finalement reconnu être le troisième homme de l’aéroport de Bruxelles-Zaventem, qui avait quitté les lieux juste avant la double attaque suicide. Des aveux peu crédibles selon un spécialiste.

 

 

 

 

 


Nos dernières videos