MESLIN-L-ÉVÊQUE

59 animaux sauvés d’un élevage aux conditions atroces à Meslin-l'Évêque

Un élevage clandestin a été démanteléau chemin du Stoquoi à Meslin-l'Évêque. Animaux en péril a sauvé les bêtes. Celles pour qui il n'était pas encore trop tard…

Depuis qu’elle est vice-présidente d’Animaux en péril, Marie-Laurence Hamaide n’a heureusement connu que très peu de situations aussi dramatiques que celle rencontrée mardi. En effet, c’est un élevage ‘plus ou moins’clandestin qui a été découvert au chemin du Stoquoi dans l’habitation d’un particulier. «Cette personne faisait cela pour arrondir ses fins de mois à l’arrière de sa maison. Il vendait notamment des moutons pour la fête de l’Aïd. C’était à quelques centaines de mètres de chez nous mais nous ne pensions jamais découvrir un tel carnage».

Des animaux morts enfouis dans des sacs-poubelles…

Dans la matinée de mardi, les responsables de l’association ont été prévenus par un quidam. « Il nous faisait état de moutons agonisants et de cadavres sur place. Comme nous ne sommes pas une autorité verbalisante, nous avons prévenu la police d’Ath afin qu’elle descende sur les lieux. La cellule du bien-être animal de la Région wallonne est également venue afin de constater. Leur verdict est sans appel, ils ont parlé d’une véritable apocalypse».

Des cadavres de bêtes sont retrouvés dans des poubelles ou dans des bennes de tracteurs. «À peine emballé dans des sacs-poubelles de la ville…»

Pour les animaux toujours vivants, la situation n’est guère plus réjouissante. «Nous avons recensé 14 moutons et cinq agneaux, des chèvres, deux cochons, deux nandous, un lapin, une oie, quatre daims et un poney. Ils étaient parqués dans des boxes en bois minuscules et très dangereux. Il y avait des clous qui sortaient un peu partout. Les animaux pouvaient se blesser n’importe quand. Les poules étaient entassées sur à peine 2 m2 . Elles vivaient littéralement l’une sur l’autre. Elles étaient toutes très sales, remplies d’excréments… Je n’avais jamais vu de telles conditions de détention… »

D’autant plus que les intentions du Meslinois ne faisaient aucun doute: «On retrouvait à chaque fois un mâle et une femelle et ils n’étaient pas stérilisés. Il recherchait vraiment la reproduction et la vente…Peu importe la manière ».

Un procès-verbal déposé au Parquet

Désormais, l’espoir pour Marie-Laurence Hamaide et son équipe reste que les autorités punissent sévèrement le fautif. «Nous attendons dans un premier temps la confiscation définitive des animaux. Ensuite, un procès-verbal a été déposé auprès du SPW et du Parquet. Ce dernier a le pouvoir de renvoyer la personne face à un tribunal correctionnel. En plus d’une amende administrative, il peut être décrété une interdiction de possession d’animaux à vie. On espère réellement que la procédure ira à son terme. Car ce serait inhumain de permettre un nouvel élevage du même type chez ce personnage».

 

 

Les soins urgents en priorité

 

L’intervention à l’élevage clandestin a duré jusqu’à 21 h mardi soir. «Après les constatations d’urgence, notre vétérinaire est venu sur les lieux pour procéder aux soins les plus urgents, continue la vice-présidente de l’association Marie-Laurence Hamaide. Certains animaux étaient affamés et assoiffés. Ils se sont rués sur la nourriture dès que nous leur en avons proposé».

Au final, 59 bêtes ont été recueillies au sein du refuge afin d’être remis sur pattes. «Nous allons les maintenir dans de bonnes conditions de vie, les nourrir… » Deux possibilités sont désormais envisageables pour le futur des bêtes sauvées. «Soit nous les gardons au refuge jusqu’à leur mort dans des conditions décentes. Elles peuvent même être parrainées par les personnes qui le désirent. Soit elles peuvent être adoptées par des citoyens qui ont envie d’avoir un animal à leur domicile. Par contre, je préviens tout de suite qu’une adoption ne se fait pas d’un coup de cuillère à pot! Nous réalisons d’abord une enquête afin de voir si cette personne est apte à en accueillir un ou non».

 


Nos dernières videos