GRÈVE DES ROUTIERS

« La pétaudière n’est pas terminée », prévient l’UPTR

« La pétaudière n’est pas terminée », prévient l’UPTR

-

«Stupéfaction» à l’UPTR alors que la police a reçu l’injonction de lever les barrages. La fédération conseille aux transporteurs de respecter les injonctions des forces de l’ordre, mais pour elle, «la pétaudière» n’est pas terminée.

«Qu’est ce qui est résolu? On va dégager les camions mais le problème reste plein et entier. Cela va rester la pétaudière, car les problèmes informatiques de l’opérateur Satellic ne sont absolument pas réglés», s’insurge Michael Reul, le secrétaire général de l’UPTR, fédération de transporteur qui affiche sa «stupéfaction qu’il n’y ait eu aucune réaction politique côté wallon. Alors que des gens se sont mobilisés et n’ont rien gagné pendant trois jours, des petits entrepreneurs, des indépendants qui ont pris des risques pour leur société. Qui ont défendu une cause que nous estimons légitime.»

Or l’UPTR, dit-il, a fait encore aujourd’hui une série de propositions de sortie de crise (voir ci-dessous). Mais rien n’y a fait. «C’est maintenant le Fédéral, avec lequel la Région n’a pas su trouver de compromis, qui intervient pour mettre de l’ordre dans la pétaudière. Mais la pétaudière va rester.»

Sur le terrain, dit-il, «le mot d’ordre que nous donnons est légaliste: respectez les injonctions de la police. Maintenant, ils en font ce qu’ils veulent. Je croise les doigts pour qu’il n’y ait pas de problèmes.»

 

L’UPTR voulait un report au 1er septembre

Voici les dernières propositions qu’avait faites l’UPTR:

1. Réduire le champ d’application de la taxation kilométrique au réseau routier interdit aux tracteurs agricoles (ce qui règle le problème des exonérations pour les tracteurs agricoles et réduit le problème de concurrence déloyale).

2. Étendre le champ d’application de la taxation kilométrique aux véhicules dont la MMA «train» est supérieure à 3,5 tonnes, afin d’éviter les problèmes de concurrence déloyale avec les camionnettes auxquelles serait adjointe une remorque.

3. Cibler le contrôle des surcharges sur les véhicules utilitaires légers (– 3, 5 t.) détournés aux fins d’éviter la taxation kilométrique.

4. Lier la taxation kilométrique à la MMA réelle du véhicule (sur base déclarative, via le boîtier OBU) et ce, afin que les véhicules tracteurs (solo) payent le tarif – 32 tonnes lorsqu’ils ne tractent pas de semi-remorque. Idem pour les camions lorsqu’ils ne tractent pas de remorque.

5. Etant donné qu’aucune facture ni aucun avertissement extrait de rôle n’a encore été envoyé, REPORTER l’entrée en vigueur effective de la taxe kilométrique au 1er septembre 2016.

6. Étendre au maximum le système d’aide à l’investissement et ce, dans les limites maximales de la réglementation européenne sur les aides d’État, comme c’est envisagé en Région flamande.

 

Nos dernières videos