CINEMA

Notre critique des Visiteurs 3: de la merdasse messire

Notre critique des Visiteurs 3: de la merdasse messire

-

On a enfin vu les dernières aventures des Visiteurs. Et on n'a pas trop aimé...

Ce que ça raconte

Vingt-trois ans après avoir découvert les miracles de la pâte à dents, Jacquouille la Fripouille et Godefroid de Montmirail se perdent à nouveau dans les couloirs du temps. Les deux moyenâgeux à l’haleine de putois débarquent en pleine Révolution française. Pile au moment où les nobles descendants du chevalier tentent d’échapper aux griffes de l’impitoyable accusateur Jacquouillet, le fillot de La Fripouille.

Ce qu’on en pense

«Tout est mauvais c’est un festival.» Ary Abittan, le marquis à tête d’essuie-cul résume plutôt bien cette succession de grosse truie et autres couilles. Car il n’est question que de ça: des insultes, originales, certes, mais qu’on balance à tour de bras sans laisser le temps de souffler. La même souplette, servie à la Révolution. Comme dans le premier, les révolutionnaires ont droit au repas avalé avec moult rots et excréments (autre grand gagnant, ex æquo avec le pus).

On comprend pourquoi Gaumont a tenu à maintenir le secret jusqu’à la sortie.

Comédie de Jean-Marie Poiré. Avec Christian Clavier et Jean Reno. Durée: 1 h 50.

Nos dernières videos