MONDE

Panama Papers : le PS pour une réunion rapide de la commission des finances de la Chambre

Panama Papers : le PS pour une réunion rapide de la commission des finances de la Chambre

Quelque 11,5 millions de documents provenant du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca ont été divulgés dans la presse. AFP

Crise politique, lancement d’enquêtes, indignation et démentis en cascade: les répercussions du «Panama Papers»ont été immédiates. En Belgique, le PS demande une réunion de la commission des finances.

Le Parti socialiste a demandé lundi une réunion rapide de la commission des finances de la Chambre après les révélations de l’opération «Panama Papers», l’enquête d’un consortium d’investigation qui a mis au jour un vaste scandale d’évasion fiscale impliquant de hauts responsables politiques, des sportifs ou des milliardaires.

«Une fois de plus, il apparaît que certaines entreprises, certains individus, avec l’aide de nombreux intermédiaires institutionnels, sont prêts à tout pour faire échapper leurs revenus à l’impôt», a affirmé le PS, dans l’opposition, alors que le gouvernement fédéral reprenait son contrôle budgétaire pour trouver 2,2 milliards d’euros afin d’inscrire le budget dans la trajectoire de retour à l’équilibre promis à l’Union européenne.

Le PS qualifie dans un communiqué cette affaire, révélée le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), «d’évasion fiscale à l’échelle planétaire».

Selon plusieurs médias, plusieurs centaines de contribuables belgespourraient être concernés par cette nouvelle affaire.

C’est pourquoi le PS appelle à une réunion rapide de la commission des finances afin que le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt, «puisse expliquer les mesures qu’il compte prendre pour que les informations révélées soient examinés par les services de lutte contre le fraude fiscale».

Le PS se dit également «interpellé» par le fait que la Belgique entame ce jour une procédure d’appel contre la décision de la Commission qui juge non conforme les 700 millions de réductions d’impôts octroyées dans le cadre des procédures «Excess profit ruling».

«Le gouvernement semble ainsi préférer se priver d’une source de revenu importante au moment même ou la lutte contre la grande fraude fiscale devrait être une priorité», affirment les socialistes francophones.


Nos dernières videos