Un message d’Ibrahim El Bakraoui pour innocenter certains suspects

Un message d’Ibrahim El Bakraoui pour innocenter certains suspects

L’ordinateur d’Ibrahim El Bakraoui avait été retrouvé dans une poubelle rue Max Roos. -

Outre son testament, l’ordinateur d’Ibrahim El Bakraoui contiendrait aussi un message dans lequel il minimalise l’aide d’autres suspects, dont celle de l’Ensivalois Mohamed Bakkali. Mais la police n’y croit pas vraiment.

L’ordinateur avait été retrouvé quelques heures après les attentats de Bruxelles dans une poubelle non loin d’un appartement perquisitioné à Schaerbeek, rue Max Roos. Le parquet fédéral avait annoncé le 23 mars y avoir découvert une lettre dans laquelle Ibrahim Bakraoui, l’un des deux kamikazes identifiés qui s’est fait exploser dans le hall d’entrée du Brussels Airport, expliquait qu’il se sentait perdu et qu’il devait passer à l’acte sans quoi il risquait de «terminer dans une cellule.»

Ce lundi, les journaux flamands du groupe Mediahuis révèle un autre message contenu dans cet ordinateur. Selon eux, Ibrahim El Bakraoui (29 ans), dont le frère Khalid s’est fait exploser dans le métro à Maelbeek, y innocente d’autres suspects appréhendés.

Ibrahim El Bakraoui y fait mention de différents suspects qui ont été interpellés pour complicité, et décrit ce qu’ils ont réalisé pour lui dans la préparation de l’attentat-suicide, comme des achats ou la location de «safehouse». Mais selon Ibrahim El Bakraoui, ces «aidants» ne savaient pas à quoi ils coopéraient.

Parmi ceux-ci, l’Ensivalois Mohamed Bakkali (28 ans) est considéré comme l’homme qui a loué l’appartement rue Henri Bergé à Schaerbeek, où des ceintures d’explosifs pour les attentats de Paris ont été fabriquées. Il aurait aussi loué la maison à Auvelais, près de Namur, où d’autres ceintures explosives ont également été assemblées.

Que Mohamed Bakkali n’ait pas été au courant de l’objectif final semble toutefois peu probable aux yeux des enquêteurs.


Nos dernières videos