L’adresse de Salah Abdeslam connue depuis décembre: l’info avait été jugée non fiable

L’adresse de Salah Abdeslam connue depuis décembre: l’info avait été jugée non fiable

Yves Bogaerts, chef de la police de Malines, le porte-parole Dirk Van de Sande. Belga

La police de Malines soutient qu’elle ne disposait pas d’information concernant une éventuelle planque de Salah Abdeslam. Elle se défend, par la voix de son chef de corps, Yves Bogaerts, d’avoir retenu une info cruciale.

On apprenait ce vendredi matin que des informations relatives à l’adresse où résidait Salah Abdeslam à Molenbeek figuraient depuis début décembre dans un rapport d’un policier malinois. Et ce rapport n’aurait jamais été transmis à la cellule antiterrorisme de la police judiciaire fédérale de Bruxelles.

La police de Malines a réagi en début d’après-midi. Yves Bogaerts reconnaît qu’une faute a été commise au sein de ses services autour de la transmission d’une information à la Banque de données nationale générale. Cette information précisait qu’il pouvait y avoir une « troisième personne radicalisée » qui pouvait être liée à l’adresse rue des Quatre Vents à Molenbeek-Saint-Jean et qui a probablement eu un contact avec les frères Abdeslam dans un passé lointain.

La police de Malines affirme qu’elle n’avait pas d’information concernant une éventuelle planque de Salah Abdeslam et aucune info en sa possession ne renvoyait à Salah Abdeslam ou Abid Aberkane, le logeur du suspect clé, d’après la police locale.

« Certainement pas intentionnellement retenu une info »

Le 11 décembre, la cellule radicalisation de la police de Malines s’est interrogée sur ce qu’elle devait faire avec une information évoquant « une potentielle troisième personne radicalisée » et il a été décidé de transmettre toute info au parquet d’Anvers et à la police fédérale d’Anvers. Cela a été fait le 17 décembre et le 30 du même mois. Bien que des incertitudes planaient encore, le chef de corps a tout de même décidé de transférer l’info à la Banque de données nationale générale (BNG), le 31 décembre. Selon le chef de corps, une faute en interne aurait été commise à ce moment là car l’info n’a jamais été transmise à la Banque de données.

Les bourgmestres de Malines et Willebroek ont, dans un communiqué commun, affiché leur soutien à leur zone de police et son chef de corps. Ils ont également apporté quelques éléments de contexte. « La police de Malines a même reçu, de plus hautes instances, l’avis de considérer cette info comme ‘non fiable’. Après concertation avec le parquet, le chef de corps a donné l’ordre à ses services, fin décembre, d’introduire cette information dans la BNG avec la mention ‘non-fiable’. C’est là qu’une erreur aurait été commise par un collaborateur qui ne s’est pas exécuté. Il n’y a toutefois aucun indice de mauvaise intention. L’enquêteur concerné travaille depuis des années à la police de Malines et à d’excellents états de service. »

Entre-temps, une enquête a été ouverte au Comité P et le chef de corps a promis sa collaboration totale et transparente. « Je répète qu’il n’y a aucun indice selon lequel nous étions en possession d’une information cruciale. Nous n’avons certainement pas intentionnellement retenu une info », a indiqué M. Bogaerts dans un communiqué. « Je maintiens ma confiance en mon personnel et regrette que la cellule radicalisation de notre corps véhicule une image négative et erronée à cause de ces articles. »