LITTÉRATURE

Attentat de Bruxelles : la poésie pour mettre des mots sur l’innommable

Un texte en communion avec une douleur partagée BELGA

Laurence Vielle, poète nationale, commente de façon régulière l’actualité. Aux événements d’hier, elle n’a pu que réagir. Par l’écriture. Par les mots. Par les images. Ses mots se sont livrés à la tristesse et à la douleur, mais aussi à l’espoir et à l’amour. Voici son texte.

Tu es cible

je suis cible

nous sommes cibles

cibles pour balle

fanatique

qui se glisse

dans nos plis

fracasse ma ta carcasse

je suis tu es

potentielle fracassée

je suis tu es tu es

cible cible

la haine ronge l’âme

dans les rues de Bruxelles

un pigeon frôle le visage d’un homme

nous nous sourions

nos yeux se disent

que nous sommes cibles oui

cibles d’amour

danseurs de nos peaux cibles

tous nos possibles

ma ville

au coeur

fêlé

nos peaux cibles

dans tes rues dansent

aujourd’hui

demain

tous nos possibles