INSOLITE

Le testament de la mère de Rubens trouvé par hasard

Le testament de la mère de Rubens trouvé par hasard

(Photo d’illustration) Iurii Sokolov – Fotolia

Le testament de la mère du peintre baroque Pierre Paul Rubens vient d’être trouvé dans les archives de l’État à Gand.

C’est un chercheur amateur qui est tombé par hasard sur le document, inconnu jusque là, datant de 1583, rapporte la chaîne de télévision régionale flamande AVS Oost-Vlaamse Televisie.

Willy Stevens, originaire de Knesselare, fouille depuis plus de quarante ans dans les documents des archives de l’État à Gand. Récemment, il lui a été demandé de collaborer sur un livre à propos de l’histoire féodale de Vinderhoute, situé dans la commune de Lovendegem, mais qui appartenait à l’époque à Termonde. Durant cette recherche, il est tombé sur un recueil d’un notaire anversois qui, par hasard, était rangé dans les archives de Termonde. Dans ce recueil se trouve le testament de Maria Pijpelinckx, mère de Pierre Paul Rubens.

Des informations nouvelles

Les archives de l’État de Gand parlent d’une découverte importante. «Nous avons fait examiner le document par des experts du Rubenianum (un centre d’étude spécialisé, NDLR) et ils en sont arrivés à la conclusion que ce document confirme en grande partie leur hypothèse sur le lien familial de Rubens avec Anvers», a déclaré le chef du service, Thijs Lambrecht.

Le document met aussi en lumière quelques nouveaux éléments. «Nombre des passages du testament contiennent des informations qui n’étaient pas connues jusqu’à présent. Je pense par exemple au fait que le fils aîné est vivement recommandé pour reprendre en charge et se spécialiser dans les activités commerciales de sa mère, en particulier pour le commerce de laine. Cela montre une préoccupation claire de la mère de Rubens pour garantir à ses enfants autant ses biens immobiliers que mobiliers».

Maria Pijpelinckx a rédigé le testament en 1583 parce qu’elle était grièvement malade, elle est décédée en 1608. Le testament va être restauré à Bruxelles et sera ensuite conservé dans les archives de l’État à Beveren.