Enjeux, présentation des listes...

À fond dans la coiffure

ÉdA – 30832854661

Dès son plus jeune âge, Laurine Martin a aspiré à devenir coiffeuse. La voir travailler aujourd’hui chez «Espace Bien-être» à Libin dans le cadre de ses études à l’IFAPME de Libramont n’a rien de surprenant. En attendant l’ouverture de son salon dans son village de Daverdisse.

Laurine a suivi le début de ses humanités à Rochefort et Marche. Après une année d’esthétique à Jambes, elle a accompagné ses parents partis vivre dans le sud de la France. Là elle a étudié deux années pour devenir diplômée en esthétique à 16 ans. L’âge minimum pour exercer étant chez nous celui de la majorité, elle a entamé une formation de trois ans en coiffure. Du haut de ses 18 ans, Laurine se montre timide au premier abord. Avant de faire montre d’une belle détermination: «La coiffure, c’est mon truc depuis que je suis toute petite. Une fois esthéticienne, j’ai voulu compléter cette compétence avec la coiffure. Je suis des cours deux jours par semaine et je passe les trois autres chez une coiffeuse. J’ai cherché un salon de coiffure associé à un salon d’esthétique et j’ai trouvé «Espace Bien-être» à Libin, chez Nathalie Jacquet. À l’école, on apprend surtout la théorie avec des professionnels de la coiffure comme professeurs mais j’ai le sentiment d’en apprendre bien plus en pratiquant. Mon objectif consiste à ouvrir mon salon le plus rapidement possible à Daverdisse. Je suis de près les tendances de la coiffure, du court pour les coupes et des tons cuivrés pour les couleurs, ce qui correspond à mes goûts. Nombre de dames apprécient de trouver coiffure et esthétique sous un même toit, question de confiance et de facilité. Ce sont deux métiers d’avenir. J’ai toujours voulu faire cela. Je suis à fond dans la coiffure.».