CHARLEROI

Mazzù : « Peut-être suis-je arrivé au bout d’un cycle avec le Sporting... »

Mazzù : « Peut-être suis-je arrivé au bout d’un cycle avec le Sporting... »

Belga

Après la défaite de Charleroi face à Waasland Beveren (2-3), qui sonne la fin (ou presque) des espoirs carolos d’aller en PO1, Felice Mazzù, très touché, s’est livré comme rarement.

Felice Mazzù, croyez-vous encore au top 6 ?

Il reste deux matches, on doit faire de notre mieux. Mais il est temps, maintenant, d’arrêter de parler des play-off 1, et il faut essayer de se fixer d’autres objectifs. On a besoin de sérénité.

Charleroi ne compte que cinq succès à domicile. Est-ce cela la principale raison de votre probable participation aux PO2?

Oui, bien sûr. On a gaspillé. Encore cette fois-ci contre Waasland Beveren. Je ne crois pas que c’est une question d’envie. Mais il faut se rendre à l’évidence: je ne comprends pas ce qu’il s’est passé au Standard (3-0), et je ne comprends pas ce qu’il s’est passé cette fois en seconde mi-temps. Guardiola a dit un jour que le physique, la technique et la technique sont très importants, mais que le plus important, c’est l’attitude. Eh bien, cela fait deux semaines de suite que je ne vois pas la bonne attitude. Quand on a la chance de se battre pour faire partie des six meilleures équipes du pays, il faut se battre comme des chiens.

«Cela fait trois ans que je pardonne, mais ça, c’est fini»

Vous aviez fait passer ce message auprès de votre groupe, justement?

Oui, toute la semaine. Et j’ai effectué des permutations dans le onze de base, pour bien faire comprendre à chacun qu’il n’est pas dans une zone de confort. Juste avant le match, j’ai parlé aux joueurs. J’ai tenu un discours dans lequel j’ai mis trois ans de pardon, de compréhension, d’humanité. Mais là, je n’ai plus envie d’être humain. Je ne veux plus pardonner.

Charleroi a-t-il les moyens de ses ambitions avouées, en fait?

Le club a dit qu’il faisait des PO1 son objectif. C’est normal, il fallait nourrir les supporters, les médias, l’ambition des joueurs, aussi. Et si on est encore en course à deux semaines de la fin de la phase classique, c’est qu’on en a les moyens. Mais il ne faut pas oublier d’où on vient. Il y a trois ans, Charleroi faisait la fête au maintien. Là, on voudrait qu’on joue la Champions League, alors, tout le monde est déçu. Il y a énormément d’exigences. Mais un club ne se reconstruit pas en si peu de temps. Si on a une nouvelle voiture, et qu’on monte à 200 à l’heure dès qu’on la sort du garage, on va peut-être l’abimer. Le temps de rodage est nécessaire.

«La Champions League, ce n’est pas avec moi»

Pourtant, souvent cette saison, votre équipe a montré qu’elle avait le niveau des PO1?

Ah oui? Alors, c’est peut-être le coach qu’il faut changer. J’arrive au bout d’un cycle de trois ans, il est peut-être temps.

C’est votre sentiment?

Je ne doute pas du travail effectué. Cela fait trois ans que je défends les mêmes valeurs. Mais il faut tout prendre en compte. Je le répète: si on veut que le Sporting joue la Champions League, alors, il faut prendre un autre coach.

Pro League

Classement
# MJ V D N B P
1 Waasland-B. 1 1 0 0 3/1 3
2 Beerschot 1 1 0 0 2/1 3
2 KRC Genk 1 1 0 0 2/1 3
4 St-Trond 1 1 0 0 2/1 3
5 Charleroi 1 1 0 0 1/0 3
6 Standard 1 1 0 0 1/0 3
7 Anderlecht 1 0 0 1 2/2 1
8 FC Malines 1 0 0 1 2/2 1
9 Eupen 1 0 0 1 1/1 1
9 Mouscron 1 0 0 1 1/1 1
11 OH Louvain 1 0 0 1 1/1 1
11 Antwerp 1 0 0 1 1/1 1
13 La Gantoise 1 0 1 0 1/2 0
14 Zulte-Waregem 1 0 1 0 1/2 0
14 Ostende 1 0 1 0 1/2 0
16 Cercle Bruges 1 0 1 0 0/1 0
16 FC Bruges 1 0 1 0 0/1 0
18 Courtrai 1 0 1 0 1/3 0