USA

Quand la Ville plombe son initiative d’aide aux sans-abri

Quand la Ville plombe son initiative d’aide aux sans-abri

Genaro Molina (LA Times)

Los Angeles veut se débarrasser des «maisons naines», des abris construits pour les SDF. Leur constructeur doit les cacher avant qu’elles ne soient détruites.

Les tiny homes (maisons naines) de Los Angeles sont des cabanes en bois composite, pas plus grandes qu’un emplacement de parking. Elvis Summers et son projet «My Tiny Houses for the Homeless in Los Angeles (MYTHPLA)» (mes maisons naines pour les sans-abri de LA) en ont construit 37 depuis avril dernier, pour rendre la vie de ses concitoyens sans abri un peu plus confortable. L’association est financée par les dons, s’élevant à près de 100 000$.

Bien que restant provisoires et précaires, ces maisonnettes offrent un toit et une sécurité retrouvée à leurs occupants. L’intimité, le verrou et l’éclairage fournis par ces cabanes sont de sérieux atouts pour les SDF. Légères, elles peuvent être déplacées assez facilement, sur un pick-up ou dans une remorque.

Avant les fêtes, CBS Los Angeles vantait l’initiative en lui consacrant un reportage.

http://

Les détracteurs à la cause des tiny homes, abordés à la fin de la séquence ci-dessus, ont finalement eu gain de cause auprès des autorités de la ville. Leur argument: certaines de ces cabanes étaient le point de rendez-vous de la drogue et/ou de la prostitution. Les riverains ne se sentaient plus en sécurité à cause de la fréquentation de ces abris.

Los Angeles ne veut plus de ces abris et menace de les détruire (sans distinguer les abris des plaques tournantes de «junkies»). Elvis Summers est donc forcé de déloger ses bénéficiants en attendant que la situation s’améliore.

Dans les trois premiers abris saisis, le bureau de la Santé publique affirme avoir trouvé 100 seringues et autre matériel de drogués, ainsi qu’un fusil.

L’homme fort du projet est remonté contre la Ville, qui a annoncé le mois dernier qu’elle débloquait près de 2 millions de dollars pour aider les SDF, mais qui lui met des bâtons dans les roues alors qu’un de ses abris ne coûte que 1200$: «La Ville dit vouloir aider les SDF, mais elle veut les déloger... Je suis le seul à les aider pour le moment, et ils ne font rien de concret avec l’argent public.»

La ville de Los Angeles refuse de qualifier de logement ces structures en bois, et les réfère en tant qu’objets encombrants. Cette dénomination permet aux autorités de s’en débarrasser sans se donner la peine d’émettre un avis, alors qu’un délai de 24h aurait été nécessaire autrement.