FOOTBALL

Le syndicat des footballers réclame des «réformes plus radicales» à Infantino

Le syndicat des footballers réclame des «réformes plus radicales» à Infantino

Gianni Infantino, nouveau président de la FIFA AFP

La FifPro, syndicat mondial des joueurs professionnels, a réclamé «d’urgence une nouvelle vague de réformes plus radicales» au président de la FIFA nouvellement élu, Gianni Infantino.

Dans ce texte, le syndicat des joueurs estime également que le nouveau président de la FIFA, «quels que soient ses mérites ou échecs, est engoncé dans une structure et une culture de gouvernance ouvertes aux pratiques corruptives».

Les réformes votées vendredi par la FIFA en marge de l’élection de son nouveau président «confortent et récompensent les 209 fédérations membres et les six confédérations malgré leur complicité dans la corruption et les scandales qui continuent de nuire au football», a déclaré le président du syndicat mondial, le Français Philippe Piat, cité dans ce communiqué.

«Les acteurs clés – dont les joueurs, les fans, les Ligues et les clubs -, restent marginalisés, empêchant la FIFA d’être responsable», poursuit Philippe Piat.

«En dépit du volet de réformes approuvé aujourd’hui (vendredi) par la FIFA», la FifPro «craint que placer des pouvoirs étendus dans les mains des 209 associations membres de la FIFA constitue le fond du problème».

L’ECA (European Club Association) se déclare de son côté opposée au projet d’Infantino de porter de trente-deux à quarante, le nombre de participants aux phases finales des coupes du monde.

«On a atteint le point-limite des efforts qu’on peut demander à un footballeur professionnel de haut niveau de fournir», estime en effet le président de l’Association européenne des clubs et du Bayern Munich Karl-Heinz Rummenigge. «La FIFA ne doit pas oublier qu’elle est aussi responsable de la santé des joueurs…»