FRASNES-LEZ-ANVAING

Une Commune « open » pour les seniors

Le projet de la résidence-services du CPAS de Frasnes-lez-Anvaing est lancé.Avec l’ouvrage privé, plus de 160 nouvelles «places» pour personnes âgées seront à terme proposées.

«L’avantage du PPP (partenariat public privé), estime le bourgmestre de Frasnes Jean-Luc Crucke, c’est que nous ne payons rien tant que la réalisation n’est pas fonctionnelle. Donc, tant l’entrepreneur, que l’architecte ou le financier ont intérêt à ce que ça avance…» Le dossier de la future résidence-services du CPAS, qui doit trouver place entre la rue du Cloître et la Rhosnes, en bordure de Frasnes-les-Bassin s , a reçu l’accord de principe du ministre Prévot. Il doit «revenir» dans les six semaines et la demande de permis d’urbanisme pourra être introduite.

Le permis à l’automne?

Si tout se passe sans encombre, l’autorisation serait alors délivrée vers le mois d’octobre et les travaux, pris en charge par l’entreprise Tradeco (Mouscron), pourraient être entamés dans la foulée.

Le coût de la construction de ce bâtiment à deux niveaux, de mille mètres carrés au sol, est estimé à environ 3,7 millions, rappelle la présidente Carine de Saint-Martin, «avec une enveloppe de subside de 824 000 euros». Une somme importante, mais un investissement qui ne devrait pas plomber les finances communales: « Nous avons établi un business plan qui nous permet de considérer que, dans une gestion en bon père de famille, nous rentabiliserons l’occupation de la résidence », ajoute M. Crucke.

Pour les couples qui logeront dans ces vingt-six espaces de 50 m2 (une chambre, un séjour avec coin cuisine, une salle de bains, une terrasse pour ceux qui seront situés à l’arrière et des possibilités d’accès pour les personnes à mobilité réduite), les loyers devraient être compris entre mille et 1 200 euros. Les locataires pourront y vivre de façon totalement autonome ou bénéficier de services complémentaires du CPAS: payants (repas, nettoyage, embellissement des abords) ou gratuits, comme les animations.

L’offre globale augmentée

C’est donc le «gros» dossier de la mandature pour la majorité MR. C’est aussi un choix politique, dit le bourgmestre: « Il y a une dimension sociale. On doit savoir si on veut que les personnes du 3e ou du 4e âge, encore valides, du Pays des Collines puissent bénéficier d’un logement. Nous répondons positivement, mais la Région wallonne devrait aussi se demander s’il n’y a pas lieu d’avoir une clé de répartition entre les Communes qui organisent un accueil public de leurs seniors et celles qui ne le font pas.» Ce projet complète et diversifie l’offre du CPAS qui existe déjà avec le home (actuellement en réfection) de nonante lits: «Pour l’équipe en place, c’est un nouveau métier à appréhender… »

La demande de permis d’urbanisme pour le projet privé (91 lits, 11 places de résidence-services) de l’autre côté du site des bassins, à la rue Jean-Baptiste Chamart, n’a pas provoqué de réactions négatives: «Tout juste une remarque, dont nous tiendrons compte, qui demande à ce que le personnel – on parle de 70 unités temps plein – ne gare pas ses véhicules à l’avant du bâtiment, mais à l’arrière. Le Collège a marqué son accord pour aménager un accès via notre parking de la rue de la Fauvette.»

Pour Jean-Luc Crucke, Frasnes se veut résolument une Commune «open aux seniors».