FOOTBALL

Gianni Infantino promet de restaurer l'image de la FIFA

Gianni Infantino promet de restaurer l'image de la FIFA

Belga

Gianni Infantino,est élu au second tour, avec 115 voix favorables sur 207.

Gianni Infantino, jusque là N.2 de l'UEFA, a été élu président de la FIFA, avec 115 voix au second tour de l'élection, devant le Cheikh bahreini Salman, président de la Confédération asiatique (88 voix), le prince jordanien Ali (4) et le Français Jérôme Champagne (0), vendredi à Zurich. Ces deux derniers ont donc très majoritairement reporté leurs voix du premier tour sur Infantino, lui permettant d'être élu grâce à la majorité des suffrages exprimés dans ce second tour.

Ce juriste italo-suisse de 45 ans, qui succède à Joseph Blatter, en place depuis 17 ans, est élu pour un mandat de quatre ans. Il aura pour mission de restaurer l'image et la crédibilité de la Fifa, engluée dans la pire crise de son histoire, sur fond de corruption à grande échelle.

L'Italo-Suisse est élu à la tête de la FIFA jusqu'aux prochaines élections présidentielles en 2019. Dans un volet de réformes voté en bloc ce vendredi, la FIFA a instauré une limite des mandats pour le président de 12 ans maximum, soit trois mandats de quatre ans. Il sera impossible à Gianni Infantino de connaître une longévité de 17 ans comme Blatter avant lui.

"Nous allons restaurer l'image de la FIFA"

"Nous allons restaurer l'image de la FIFA et tout le monde respectera la FIFA, et tout le monde nous applaudira. Tout le monde doit être fier de la FIFA", a-t-il déclaré juste après son élection, très ému, alors qu'il a eu du mal à trouver ses mots dans un discours en français et en anglais, où il s'est félicité de ce "grand signe de démocratie".

"J'ai fait un voyage exceptionnel, qui m'a fait rencontrer beaucoup de gens fantastiques, beaucoup de gens qui aiment le foot, respirent le foot chaque jour, et beaucoup de gens qui méritent que la FIFA soit hautement respectée", a-t-il ajouté.

"J'ai voyagé à travers la planète et je continuerai", a souligné l'ancien N.2 de Michel Platini. "Je veux travailler avec vous tous, pour instaurer une nouvelle ère à la FIFA où l'on puisse de nouveau mettre le foot au centre du jeu".

"La FIFA a traversé des moments tristes, une crise, mais c'est derrière nous, nous devons aller de l'avant et appliquer les principes de bonne gouvernance", a-t-il conclu pour sa première intervention.