SPA - Cour d’assises de Bruxelles

20 ans de prison requis à l’encontre d’Aboubacar Sidiki Doumbia

20 ans de prison requis à l’encontre d’Aboubacar Sidiki Doumbia

- BELGA

L’avocat général Jean-Marie Mawet a requis, vendredi matin, devant la cour d’assises de Bruxelles, une peine de vingt ans de prison à l’encontre d’Aboubacar Sidiki Doumbia, coupable du meurtre de sa fiancée, commis en juin 2013.

Le représentant du ministère public a requis, vendredi, une peine de vingt ans de prison à l’encontre d’Aboubacar Sidiki Doumbia qui avait toujours nié les faits.

L’avocat général a avancé que le coupable devait bénéficier de peu de clémence de la part des juges étant donné qu’il avait menti durant l’enquête et qu’il ne s’était jamais remis en question.

La défense, représentée par Me Carine Couquelet et Me Samira Bouyid, a quant à elle plaidé une peine d’entre dix et quinze ans de prison pour son client.

Jeudi soir, le jury de la cour d’assises de Bruxelles avait reconnu Aboubacar Sidiki Doumbia coupable de meurtre sur sa fiancée, Bravo Ngendakumana.

Celle-ci avait été signalée disparue le 5 juin 2013. Elle avait passé les jours précédents avec son fiancé, Aboubacar Sidiki Doumbia, dans un hôtel à Spa.

Entendu par la police le 18 juin 2013, celui-ci, qui venait de tenter de se suicider en ingurgitant des médicaments et du liquide lave-glace, avait déclaré ne pas savoir où se trouvait sa fiancée.

Puis, le 27 juin 2013, le corps sans vie de Bravo Ngendakumana avait été découvert dans un chemin forestier à Winamplanche, près de Spa.

Réauditionné, Aboubacar Sidiki Doumbia avait alors changé sa version et avait déclaré qu’il se trouvait avec sa fiancée lorsque celle-ci était décédée, mais qu’il n’était pour rien dans son décès.

D’après lui, Bravo Ngendakumana avait eu un malaise alors qu’ils s’étaient momentanément arrêtés dans ce petit chemin forestier près de Spa. Elle n’avait ensuite plus bougé et, paniqué, il avait caché le corps sous des branchages puis il avait quitté les lieux sans en parler à personne.

La cause du décès n’a jamais pu être déterminée.

Le jury et les juges de la cour sont entrés en délibération sur la peine vendredi en fin de matinée. Ils rendront leur verdict vendredi dans l’après-midi.