BUZZ

« Dans la peau d’un chef » sur France 2 : une candidate recalée s’estime « bafouée et trompée »

« Dans la peau d’un chef » sur France 2 : une candidate recalée s’estime « bafouée et trompée »

Audrey Rebière a vu son rêve de participer au jeu de France 2 «Dans la peau d’un chef» brisé. D.R.

Elle estime que son rêve de participer au jeu de France 2 «Dans la peau d’un chef» a été brisé et elle entend obtenir réparation en justice...

Que les sociétés de production de jeux télévisés se méfient... Une candidate recalée de l’émission «Dans la peau d’un chef», sur France 2, va aller en justice pour obtenir réparation. S’estimant victime d’un «préjudice de déception évident», selon les termes employés par son avocat.

Audrey Rebière, c’est son nom, pensait avoir été retenue pour participer au jeu qui met aux prises deux amateurs de cuisine qui se mesurent en tentant de reproduire au plus près une recette, sous le regard attentif du chef Christophe Michalak. «(...) Le casteur m’a annoncé que c’était bien positif. Un rêve se réalisait! J’étais folle de joie, mes proches fiers de moi,» précise-t-elle dans Le Parisien. «J’ai fait quelques formations express chez des amis professionnels tant je ne voulais pas décevoir le chef Michalak...»

«Abasourdie»

Seulement voilà, la jeune trentenaire va finir par déchanter et se rendre compte qu’elle n’a finalement pas été sélectionnée. «J’ai le sentiment d’avoir été bafouée et trompée». Motif invoqué par la société de production: son activité complémentaire... Une «autoentreprise productrice de caramel au beurre salé». «Food Productions» précisant qu’avoir une activité proche des métiers de la cuisine n’est pas compatible avec une participation à son jeu.

«J’étais abasourdie... Je ne l’ai jamais caché! Dès le premier entretien en 2015, j’ai parlé de ma production de caramel et ça ne m’a jamais été reproché, au contraire. D’ailleurs, aucun règlement de ce type n’est accessible. Ils ont juste brisé mon rêve. J’ai rédigé une lettre au chef Michalak pour lui conter cette mésaventure et cette décision inacceptable.»