JUDICIAIRE

Procès Henkinet: Rita « dans une détresse extrême »

D’anciens collègues de travail de Rita Henkinet ont évoqué vendredi matin devant la cour d’assises de Liège sa personnalité.

Des médecins et chirurgiens ont affirmé qu’elle était une infirmière professionnelle et méticuleuse. L’accusée a également été décrite comme une mère esseulée face au handicap de ses enfants mais extrêmement courageuse. Elle était par contre inquiète de leur sort.

La nuit du 1er au 2 mars 2013, Rita Henkinet avait mis fin aux jours de ses deux enfants handicapés, Arnaud (24 ans) et Audrey (26 ans). Cette ancienne infirmière de profession âgée de 57 ans avait fait absorber à ses enfants un cocktail de médicaments et les avait ensuite étouffés à l’aide de couvertures. Son frère Benoît est suspecté de lui avoir apporté son aide.

La personnalité de Rita Henkinet a déjà été abordée par deux témoins qui étaient des collègues de travail de l’accusée. Un médecin l’a définie comme une infirmière irréprochable qui était soucieuse du bien-être de ses patients. Elle était méticuleuse, presque jusqu’à l’obsession. Rita Henkinet était aussi d’une extrême douceur envers ses patients. Discrète, elle aimait le travail bien fait et ne se plaignait pas. Selon un médecin, elle était plus dans l’action que dans les mots.

 

«Mère olympique»

 

A l’hôpital où elle travaillait, Rita Henkinet faisait preuve de pudeur et de retenue au sujet de ses enfants. Mais, après sa journée de travail, personne n’ignorait qu’elle en entamait une seconde en s’occupant de ses enfants. Les collègues de travail savaient qu’elle était très seule dans la prise en charge de ses enfants car son conjoint ne l’aidait pas. L’accusée ne bénéficiait pas d’un support fiable.

Rita Henkinet a occupé des fonctions d’infirmière en salle d’opération. Selon un chirurgien, elle était une grande professionnelle, sereine et apaisante dans ses fonctions. Elle connaissait les procédures. Ce chirurgien l’a qualifié de «mère olympique» car elle avait sacrifié sa vie pour ses enfants. Même si ses enfants étaient placés dans une situation inextricable, elle était courageuse et optimiste.

Selon les témoins, Rita Henkinet parlait de ses enfants avec fierté et n’était pas gênée d’évoquer leur situation. Elle était combative et fière. Mais elle était aussi préoccupée de leur sort. «Elle avait le souci de ce qu’ils allaient devenir. Elle manifestait une réelle inquiétude et elle avait peur de ce que ses enfants allaient devenir sans elle. Pour nous, elle a posé un geste d’amour pour les soulager et les sortir d’une situation dont elle ne voyait pas l’issue», a précisé le chirurgien.

Selon le chirurgien qui a côtoyé Rita Henkinetdurant plusieurs années, le handicap des deux enfants était un fardeau lourd à porter. «Elle s’est retrouvée dans une détresse extrême pour en arriver à faire ce geste», a estimé le témoin.