ÉCONOMIE

34% d’entreprises pensent quitter Bruxelles? «Ça ne se vérifie pas dans les chiffres»

34% d’entreprises pensent quitter Bruxelles? «Ça ne se vérifie pas dans les chiffres»

Les entreprises ne cherchent pas toutes à quitter les bords du canal bruxellois, selon Gosuin, qui minimise les chiffres de BECI. Reporters / QUINET

Les associations patronales sont promptes à brandir le spectre de la délocalisation quand on déplore, entre autres, les problèmes de mobilité à Bruxelles. Mais selon Gosuin, «ça ne se vérifie pas dans les chiffres».

Le solde entre le nombre d’entreprises créées et celles qui ont disparu et/ou quitté Bruxelles l’an dernier est très légèrement négatif selon les données les plus récentes disponibles basées sur les onze premiers mois de l’année, a indiqué jeudi le ministre bruxellois de l’Économie Didier Gosuin.

Celui-ci était interpellé jeudi en commission des Affaires économiques du parlement bruxellois par Dominique Dufourny (MR) sur le phénomène des délocalisations d’entreprises de la capitale, à la lumière d’un sondage effectué par l’organisation patronale BECI faisant état du départ potentiel de 34% d’entreprises.

Gosuin a souligné que la perte d’entreprises avait été largement compensée par la création de nouvelles. Les données de la Direction Générale des Statistiques relatives à la démographie des entreprises, révèlent un solde positif total de 2.743 entreprises sur les onze premiers mois de 2015 pour la Région-capitale.

«Clairement moins alarmants»

Le nombre total d’entreprises assujetties à la TVA actives à Bruxelles augmente quant à lui chaque année, a ajouté Didier Gosuin. À la fin du mois de novembre dernier, 97.177 entreprises avaient leur siège social à Bruxelles, soit 11,4% de l’ensemble des entreprises belges.

Les statistiques relatives à l’évolution de l’emploi indiquent de leur côté que la part de la Région bruxelloise dans l’emploi total de la Belgique reste stable, un peu au-dessus de 15%.

Au-delà de ces chiffres «clairement moins alarmants que ceux agités par BECI», Gosuin a par ailleurs précisé que le Conseil bruxellois de Coordination Economique en contact avec les entreprises avait eu à suivre 256 dossiers considérés comme socio-économiquement prioritaires pour la Région en 10 ans de fonctionnement.

Sur les 192 dossiers clôturés, 113 délocalisations d’entreprises ont pu être évitées et seules 13 délocalisations ont effectivement eu lieu.