ASSISES LIÈGE

Rita Henkinet a fait un malaise au 4e jour de son procès

Rita Henkinet a fait un malaise au 4e jour de son procès

Rita Henkinet a été transportée dans le local réservé aux accusés afin de recevoir des soins. BELGA

L’audience de la cour d’assises de Liège a été interrompue en urgence ce jeudi peu après 10h00 lors du procès de Rita et Benoît Henkinet.

Au cours du témoignage d’un médecin légiste, Rita Henkinet a fait un malaise. L’accusée, très pâle et tétanisée, est restée sans réaction et prostrée sur le banc des accusés durant quelques minutes.

L’audience a été suspendue par la présidente Catherine Urbain et l’accusée a été transportée dans le local réservé aux accusés afin de recevoir des soins.

Le médecin légiste qui déposait à cet instant à la barre est intervenu pour effectuer un premier diagnostic.

Après 40 minutes d’interruption, l’audience a pu reprendre et Rita Henkinet a repris sa place sur le banc des accusés. Selon un de ses avocats, ce malaise trouverait son origine dans le stress intense qu’elle endure depuis le début du procès.

Le procès a été émaillé dès son entame de divers incidents de procédure et de retards importants. Plusieurs audiences se sont terminées très tard dans la soirée et les différents intervenants accumulent la fatigue. Par ailleurs, Rita Henkinet devra se soumettre ce jeudi durant la pause de midi à une nouvelle expertise psychiatrique. Cette expertise lui est imposée depuis l’écartement des rapports d’un expert psychiatre qui n’avait pas respecté la présomption d’innocence.

 

Le procès de Rita Henkinet et de son frère Benoît a débuté le 17 février devant la cour d’assises de Liège. Tous deux sont accusés de l’assassinat des deux enfants handicapés de Rita Henkinet. Les débats au fond ont débuté lundi.

La nuit du 1er au 2 mars 2013, Rita Henkinet avait mis fin aux jours de ses deux enfants handicapés, Arnaud (24 ans) et Audrey (26 ans). Cette ancienne infirmière de profession, âgée de 57 ans, avait fait absorber à ses enfants un cocktail de médicaments et les avait ensuite étouffés à l’aide de couvertures.

Rita Henkinet avait ensuite tenté de se suicider en absorbant elle aussi un cocktail de médicaments et d’alcool. Elle avait été retrouvée inconsciente quelques heures après les faits. Son frère Benoît Henkinet (48 ans), qui l’avait toujours soutenue dans ses difficultés avec ses enfants, est suspecté de lui avoir apporté son aide, d’être le coauteur des deux assassinats et d’avoir voulu aider sa sœur à mettre fin à ses jours.

L’enquête a démontré qu’Arnaud et Audrey avaient été drogués avec de fortes quantités de médicaments que Rita Henkinet leur a fait absorber en les dissimulant dans de la mousse au chocolat. Rita Henkinet n’avait pas caché qu’elle avait voulu la mort de ses enfants et qu’elle les avait étouffés.

Rita et Benoît Henkinet sont accusés des assassinats des deux enfants. Ils comparaissent libres devant la cour d’assises de Liège et sont défendus par Me Alexandre Wilmotte et Me Emilie Van Stechelman.

L’avocat général Marianne Lejeune soutient l’accusation. La partie civile, le père des enfants, est représentée par Me Christine Collignon et Me Raphaël Weyenberg. Le procès présidé par Catherine Urbain devrait durer au moins 8 jours.