PROFONDEVILLE

Un montant d’1,4 million d’euros pour plus de sécurité sur la route à Profondeville

Un montant d’1,4 million d’euros pour plus de sécurité sur la route à Profondeville

Les travaux portent sur la réalisation d’un rond-point et d’un by-pass en venant de la nationale 951 de Bois-de-Villers vers la route communale Biname Bajart. Google Street View

Maxime Prévot, ministre wallon des Travaux publics, et la Direction générale des Routes du Service public de Wallonie (SPW) ont présenté mercredi les travaux de sécurisation entre la nationale 951 et la nationale 954 à Profondeville.

Le ministre a surtout épinglé le chantier visant à créer un rond-point à un carrefour accidentogène appelé communément «les quatre bras de Bois-de-Villers», emprunté quotidiennement par des milliers d’automobilistes.

Ce dossier a connu de nombreux rebondissements notamment en raison d’une zone à dépolluer. «Après dix ans, ce chantier ‘Loch Ness’, dont on parlait beaucoup mais qu’on ne voyait jamais, va devenir réalité», se réjouit Maxime Prévot.

Les travaux portent sur la réalisation d’un rond-point et d’un by-pass en venant de la nationale 951 de Bois-de-Villers vers la route communale Biname Bajart. Par by-pass, il faut entendre une voirie jouxtant le rond-point qui permettra aux usagers de circuler de façon plus sécurisée entre ces deux routes. L’éclairage sera également remplacé par des lampes LED, plus économiques et garantissant une meilleure visibilité.

Pour limiter au maximum l’impact sur la circulation, trois phases sont prévues. Des déviations seront mises en place sauf exceptions (circulation locale, commerces de proximité, transports en commun, services d’urgence). Le passage se fera par alternance au moyen de feux tricolores.

Par ailleurs, le revêtement sera renouvelé en deux endroits de la N951: sur deux kilomètres entre ce futur nouveau rond-point et le carrefour dit «des six bras» situé un peu plus loin que celui «des quatre bras» et sur cinq kilomètres supplémentaires du rond-point «des six bras» vers Lesves.

Le coût total des travaux, qui débuteront dès mars pour se poursuivre jusqu’à l’été, s’élève à 1,4 million d’euros à charge du budget régional wallon.