NAMUR

Namur: 300 jeunes sensibilisés aux médias à l’occasion de la journée Oxfamnesty

Namur: 300 jeunes sensibilisés aux médias à l’occasion de la journée Oxfamnesty

Facebook

Quelque 300 professeurs et élèves de 15 à 18 ans, membres des groupes Oxfam-Magasins du monde et Amnesty International, issus d’une trentaine d’écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ont participé mercredi à la dixième journée de formation et d’action «Oxfamnesty» au Palais des Congrès à Namur, autour de la thématique des médias.

«En dix ans, la manière dont les jeunes s’informent, communiquent et envisagent le monde a beaucoup évolué. Nous avons voulu aborder la thématique des médias cette année en trois aspects: comment s’informer en étant critique, comment développer des techniques pour mieux faire connaître les questions qu’on a envie de défendre et enfin, la liberté d’expression qui, on le sait, n’est pas la même pour tous les médias dans le monde», a expliqué Hugo Roegiers, coordinateur de la mobilisation Jeunes chez Oxfam.

Des ateliers de décryptage médiatique, des exercices de techniques médiatiques (radio, tournage, etc), des rencontres avec des journalistes, une séance sur les réseaux sociaux sont organisés tout au long de cette journée ouverte uniquement aux élèves déjà impliqués dans ces associations. Deux concours sont également organisés: un concours de slam autour des injustices dans le monde par Oxfam et «Droit dans les yeux», un concours de jeunes photographes, par Amnesty.

«Les jeunes militants sont très actifs et recrutent eux-mêmes les futurs membres de l’équipe au sein de leurs écoles avec beaucoup d’autonomie. Notre rôle est avant tout de proproser des actions et notre appui. Avec le climat de morosité ambiante et de pessimisme qui n’existait pas voici dix ans, ils viennent chercher l’énergie auprès de nous, même s’ils restent engagés et veulent faire évoluer les choses», ajoute Hugo Roegiers.

Ces deux dernières années, la priorité est donnée aux jeunes, précise Philippe Hensmans, directeur général de la section belge d’Amnesty International: «Nous voulons offrir à un maximum de jeunes dans les écoles des rencontres avec les droits humains. Avec les droits d’asile et la migration notamment, on voit aujourd’hui qu’il y a un vide à combler avec un travail de fond. Et grâce à la journée Oxfamnesty, ce sont des générations d’activistes qui peuvent naître.»