ASSISES LIÈGE

Les débats à nouveau suspendus au procès de Rita Henkinet

Les débats à nouveau suspendus au procès de Rita Henkinet

La nuit du 1er au 2 mars 2013, Rita Henkinet avait mis fin aux jours de ses deux enfants handicapés, Arnaud (24 ans) et Audrey (26 ans). Cette ancienne infirmière de profession âgée de 57 ans avait fait absorber à ses enfants un cocktail de médicaments et les avait ensuite étouffés à l’aide de couvertures. BELGA

Alors que le procès a déjà un jour de retard, la cour d’assises de Liège a suspendu les débats au procès de Rita et Benoît Henkinet.

 

 

Les débats ont de nouveau été suspendus mercredi matin au procès de Rita et Benoît Henkinet devant la cour d’assises de Liège. Un incident de procédure oblige la Cour à rédiger un arrêt sur l’écartement de certaines pièces du dossier. Le procès accuse déjà plus d’une journée de retard.

La nuit du 1er au 2 mars 2013, Rita Henkinet avait mis fin aux jours de ses deux enfants handicapés, Arnaud (24 ans) et Audrey (26 ans). Cette ancienne infirmière de profession, âgée de 57 ans, avait fait absorber à ses enfants un cocktail de médicaments et les avait ensuite étouffés à l’aide de couvertures. Son frère Benoît est suspecté de lui avoir apporté son aide.

Mercredi matin, au début de la troisième journée du procès, la défense a sollicité l’écartement de certaines pièces du dossier. Dans un arrêt prononcé lundi, la Cour avait déjà écarté du dossier les rapports de l’expert psychiatre Walter Denys qui ne s’était pas montré impartial envers les accusés. Mardi, la Cour avait désigné en urgence un autre psychiatre afin de réaliser une nouvelle expertise de Rita et Benoît Henkinet.

Outre les rapports de l’expert qui n’était pas impartial, la défense a également sollicité l’écartement du dossier de pièces qui font directement référence à ces rapports. L’acte de renvoi des accusés devant la cour d’assises, les rapports des experts psychologues et d’autres pièces sont visées par cette demande. La Cour rendra un arrêt en fin de matinée sur le nombre de pièces à écarter.

Le procès accuse un retard de plus d’une journée. Les débats devraient reprendre ce mercredi en fin de matinée par les auditions des enquêteurs et des juges d’instruction.