JUSTICE

Pas d’aile pour radicalisés à la prison d’Ittre : « Techniquement impossible » selon les syndicats

Pas d’aile pour radicalisés à la prison d’Ittre : « Techniquement impossible » selon les syndicats

Il y a déjà à Ittre des détenus radicalisés. Belga

Pour les syndicats du personnel de la prison, il est techniquement impossible de créer une section pour radicalisés à Ittre comme le souhaite le ministre Koen Geens.

+ LIRE AUSSI| La Belgique compte 117 « combattants étrangers » revenus de Syrie

Alors que le SPF Justice a annoncé fin octobre qu’une aile pour détenus radicalisés serait ouverte dans le courant du mois de mars à la prison d’Ittre, les syndicats du personnel, en front commun, estiment que c’est «techniquement impossible».

Ils estiment que la formation de trois jours qui a été dispensée n’est pas suffisante, que le cadre du personnel n’est pas à la hauteur et qu’il n’y a à l’heure actuelle, de la part du SPF Justice, aucune garantie sur un suivi sérieux, ni sur la présence d’un imam.

«On nous parle d’un imam à temps plein pour toute la prison, ce n’est pas suffisant. Outre la problématique du cadre du personnel, nous avons demandé si un suivi des collègues travaillant au contact de ces détenus radicalisés serait assuré. Mais les réponses ne sont pas concrètes. Nous ne sommes pas opposés à l’ouverture de cette section, mais on ne peut pas le faire en se disant qu’on verra bien ce qui va se passer: il faut se donner les moyens de ses ambitions», a estimé Philippe Lievens, délégué principal CGSP à la prison d’Ittre.

Le front commun syndical a déposé un préavis de grève en novembre, face aux incertitudes liées à la mise en place de cette section qui devrait accueillir une vingtaine de détenus. Les représentants du personnel estiment que depuis, les discussions n’avancent pas réellement.

Des formations pour les gardiens

Cette formation se déroule en trois blocs qui durent successivement quatre, deux et un jour.

Le premier bloc se terminera le 29 janvier. Son contenu aborde les thèmes suivants: prendre connaissance du plan d’action en matière de radicalisation, aborder les concepts nécessaires à la compréhension du phénomène, avoir une connaissance basique des préceptes de l’islam, comprendre le processus menant à la radicalisation et pouvant mener à un passage à l’acte, connaître la signification de divers symboles liés à des mouvements radicaux. Ce premier bloc se termine de manière pratique par des exercices réalisés dans l’aile de simulation du centre de formation avec des acteurs, eux-mêmes agents.

Le thème du deuxième bloc de formation est la communication non violente. Les membres du personnel amélioreront leurs compétences et apprendront à gérer les conflits.

Le contenu du troisième bloc sera déterminé en fonction d’une première évaluation du déroulement du travail sur le terrain.