Une nouvelle étude pointe le manque de diversité dans les films américains

Une nouvelle étude pointe le manque de diversité dans les films américains

La comédienne et productrice Jada Pinkett Smith a pointé du doigt le manque d’acteurs noirs nommés aux oscars. RelaxNews

L’université de Caroline du Sud n’aidera sans doute pas à éteindre la polémique qui agite Hollywood depuis plusieurs semaines à propos du manque de représentants de couleur dans les nominations aux prochains oscars. Cette étude très sérieuse pointe du doigt la surreprésentation masculine et hétérosexuelle du cinéma américain.

L’enquête a passé au crible 109 films et 306 autres programmes télévisés.

Le résultat est sans appel: seul un tiers des personnages principaux sont des femmes; seuls 2% sont gays, lesbiennes, bisexuelles ou transgenres.

Par ailleurs, la moitié de l’échantillon ne présente aucun personnage d’origine asiatique à l’écran tandis que 20% ne comptent aucune personnalité de couleur noire.

«

Le rapport est plus que complet puisqu’il a aussi évalué ce qu’il se passe derrière la caméra. Par exemple, seuls 3,4% des réalisateurs sont de sexe féminin.

»

L’un des enseignements majeurs est que la télévision américaine parvient davantage à présenter la diversité à l’écran. Les femmes mais aussi les personnes issues de minorités telles que les homosexuels, excèdent les 65%, chez Disney, Amazon, ou encore la plateforme de vidéos Hulu, et le réseau de télévision américain CW.

Accusée de racisme institutionnel, l’académie des oscars, qui doit remettre ses prochains prix le 28 février, a promis le doublement d’ici 2020 le nombre de femmes et de représentants des minorités chez ses membres votants pour les nominations aux oscars.