FOOTBALL

Scandale du match interrompu: l’entraîneur de Leverkusen cible d’une enquête

Après un échange virulent avec l’arbitre suite au but de Dortmund par Aubameyang (64), Schmidt avait refusé de monter en tribune.Reporters / Imago Sport

L’entraîneur de Leverkusen, Roger Schmidt, a provoqué une interruption de match ce dimanche suite à un désaccord avec l’arbitre.

Le comité de contrôle de la Fédération allemande de football (DFB) a annoncé lundi l’ouverture d’une enquête sur le comportement de l’entraîneur de Leverkusen Roger Schmidt, à l’origine d’une interruption de match historique en Bundesliga, dimanche contre Dortmund (0-1).

«C’est une procédure normale et il y aura certainement une sanction. Laquelle, je ne peux encore le dire», a déclaré Anton Nachreiner, le président du Comité de contrôle, à la chaine allemande Sport1.

Il faut désormais «trouver la sanction appropriée», a-t-il ajouté, incapable de préciser si celle-ci «devra servir d’exemple».

Après un échange virulent avec l’arbitre suite au but de Dortmund par Aubameyang (64), Schmidt avait refusé de monter en tribune comme le réclamait l’officiel Felix Zwayer.

Ce dernier a alors rejoint les vestiaires en compagnie de ses assistants (68), laissant tout le stade incrédule, le temps pour le coach suisse d’accepter la décision arbitrale.

Le match a repris après une interruption d’une dizaine de minutes pour se conclure sur la victoire de Dortmund.

«J’ai commis une erreur qui a nui à mon équipe», s’était excusé l’entraîneur du club rhénan, alors que le directeur sportif Rudi Völler s’emportait contre la décision de l’arbitre.

«Interrompre le match et provoquer cette pagaille n’était pas nécessaire», avait lancé Völler au micro de Sky. «On peut envoyer l’entraîneur dans les tribunes mais encore faut-il lui expliquer pourquoi, ce qu’il n’a pas fait». Herbert Fandel, en charge du corps arbitral à la DFB, avait estimé que l’homme en noir avait «pris la bonne décision» et qu’en «aucun cas un entraîneur ne peut ignorer la décision».