FOOTBALL

Deschamps : Benzema « toujours pas sélectionnable »

Deschamps : Benzema « toujours pas sélectionnable »

- Reporters/Imago Sport

L’attaquant Karim Benzema n’est «toujours pas sélectionnable» en équipe de France même si l’assouplissement de son contrôle judiciaire dans l’affaire de la sex-tape est «un premier pas», a déclaré le sélectionneur Didier Deschamps dimanche sur Canal +.

«Il y a un appel du parquet, donc, laissons la justice travailler, a dit l’entraîneur. C’est un premier pas, mais le parquet a fait appel. Au jour d’aujourd’hui, il n’est toujours pas sélectionnable. S’il devient sélectionnable, je prendrai ma décision.»

Qu’est-ce qui rendrait le buteur de nouveau éligible pour une place dans le groupe des Bleus? «Que mon président (de la Fédération française de football Noël Le Graët) le décide, a répondu le sélectionneur. Que la justice donne des réponses positives, qui amèneront certainement mon président à le rendre sélectionnable ou pas».

«Sur un plan sportif, j’ai envie d’avoir la meilleure équipe, et donc les meilleurs joueurs, a-t-il poursuivi. Mais ça, ce n’est que sur le plan sportif. Dans cette affaire, il y a un volet judiciaire. Il faut attendre de voir comment les choses vont avancer, même si c’est un premier pas.»

Deschamps pourrait-il convoquer Benzema si son contrôle judiciaire était levé après l’appel du parquet mais qu’il restait mis en examen? «C’a été déjà fait par le passé, a-t-il répondu. Si j’ai à me retrouver dans cette situation, j’y réfléchirais et je prendrais ma décision».

La juge d’instruction en charge du dossier a accepté mercredi de lever partiellement le contrôle judiciaire imposé début novembre à Benzema en supprimant l’interdiction d’entrer en contact avec son partenaire en Bleu Mathieu Valbuena, qui a déposé plainte dans cette affaire.

Cette décision permet aux deux joueurs de se côtoyer à nouveau en attendant que soit examiné l’appel du parquet le 4 mars.

Benzema, qui vit une saison faste sur le terrain avec 23 buts inscrits en 24 matches toutes compétitions confondues avec le Real Madrid, a été mis en examen le 5 novembre pour «complicité de tentative de chantage» et «participation à une association de malfaiteurs», infractions passibles de cinq ans d’emprisonnement.