Des 17 milliards d’euros que les conducteurs belges rapportent chaque année aux autorités, à peine 36% sont utilisés dans les transports publics et les infrastructures routières, indique vendredi Touring, qui appelle à ce que toutes les taxes automobiles soient investies dans l’infrastructure et dans des solutions de mobilité.

Seuls 5 des 17 milliards de recettes au total sont injectés dans les transports publics: 900 millions pour De Lijn, 350 millions pour le TEC, 285 millions pour la Stib et le reste pour la SNCB. À peine 1,2 milliard d’euros est par ailleurs dédié à l’infrastructure routière, «le reste est absorbé dans le budget général qui n’a rien à voir avec la mobilité et le trafic», déplore Touring.

Pour l’organisation automobile, les usagers de la route devraient pouvoir payer pour l’infrastructure dont ils font usage, plutôt que de payer des taxes forfaitaires.