Virton : Jérôme Simon enfin lancé ?

Virton : Jérôme Simon enfin lancé ?

Jérôme Simon, à nouveau titulaire ce soir? ÉdA – Golinvaux

Aucun but, un assist, un temps de jeu qui se limite pour l’heure à moins de 800 minutes et huit titularisations au total: on attendait davantage de Jérôme Simon, présenté, au mercato d’été, comme un élément susceptible d’apporter une vraie plus-value dans la ligne médiane.

Lui-même est conscient qu’il doit faire mieux. Mais une chose est sûre, et son coach le confirme: en matière d’implication et d’engagement, il n’a pas démérité. Dimanche, à Coxyde, il a entamé la rencontre et le fera peut-être encore ce samedi, face au leader. Il faut remonter au 6 décembre, contre le White Star, pour trouver trace d’une précédente titularisation. De quoi trouver le temps long… «Effectivement, ça paraissait long par moments, confirme le Français. Mais il y a eu des recrues à mon poste et l’équipe a réussi quelques bons résultats. Je n’avais qu’une chose à faire: bosser pour essayer de convaincre à nouveau le coach.»

Ce qu’il a réussi en même temps que d’autres décevaient leur entraîneur. Confirmation par ce dernier: «Dans cette position-là (NDLR: en médian relayeur), on a jugé qu’il était le plus fit. On a testé d’autres solutions (NDLR: Ndiaye, Franquart) et à un moment, il faut prendre une décision.»

Très déçu après ce retour de Coxyde - «c’est à la limite de la faute professionnelle, ce qu’on a fait» – l’ancien Montpelliérain juge qu’il s’est plutôt bien tiré d’affaire sur le terrain synthétique des Côtiers. «Mais j’ai manqué un peu de rythme», ajoute-t-il. Et il y a aussi ce premier penalty, évitable. «Je ne dois pas commettre la faute, admet-il. Je pouvais le laisser passer, il y avait encore deux défenseurs et le gardien derrière. C’est pour ma pomme.»

C’est déjà bien de le reconnaître. Et d’admettre aussi qu’il doit être plus performant tactiquement et défensivement. Notamment face au leader samedi, «contre lequel on abattra probablement notre dernière carte», dit-il.

Enfin, concernant les déclarations de Simon Dupuis en début de semaine, dans un premier temps, il préfère ne pas s’exprimer avant d’ajouter qu’il a été surpris. «Je peux comprendre sa colère après un tel match, commente-t-il. Mais en parlant ainsi des Français, il y a un risque que certains se sentent injustement visés. Cela peut créer des quiproquos. Mais bon, on s’est expliqué, tout est rentré dans l’ordre, cela ne changera rien dans le vestiaire.»