SOCIÉTÉ

Circoncision: 2,6 millions remboursés par l’Inami

Circoncision: 2,6 millions remboursés par l’Inami

Même pratiquée dans de bonnes conditions sanitaires et remboursée par l’Inami, la circoncision est-elle légitime? Reporters/Laif

25 698 circoncisions ont été remboursées par l’Inami en 2014. Pour 2,6 millions d’euros. Or la pratique est de plus en plus contestée.

Atteinte au plaisir sexuel et aux droits de l’enfant, rituel barbare d’un autre âge, traumatismes…, les opposants ne manquent pas d’arguments. Ils appellent au débat.

1. Des chiffres énormes

L’an dernier, on dépassait à nouveau les 25 000 circoncisions, dont plus de la moitié sur des enfants de moins de 4 ans. Une proportion énorme des 65 000 garçons qui naissent chaque année en Belgique. C’est aussi beaucoup plus qu’il y a 15 ans: 17 794 interventions remboursées en 2002. En comparaison: le taux de circoncision n’est que de 1% dans d’autres pays, même européens. Le docteur Luc Coppens, président de la Société belge d’Urologie, reconnaît que sur les jeunes enfants, la motivation de l’acte est dans la plupart des cas religieuse et rituelle.

+ Lire Circoncision : un acte illégitimement remboursé

2. Contre des idées reçues

«Lutter contre les idées reçues sur la circoncision par l’accès à l’information». Le but du collectif Droit au corps, lancé en juin 2013 en France, est d’ouvrir le débat. Son site internet, très documenté, regroupe études, illustrations et témoignages.

+ Lire: Ouvrir le débat est nécessaire

3. Une mutilation acceptée

Une mutilation génitale? Le terme émeut. Pourtant, en droit, «l’ablation définitive d’un élément corporel, fût-il d’une utilité dérisoire, peut difficilement recevoir une autre qualification», estime un juriste. Alors, pourquoi accepte-t-on le sacrifice de cet élément essentiel du plaisir masculin?

+ Lire: Le prépuce, un petit bout de peau pas si anodin

4. Entendre les détresses

Est-il normal de consacrer 2,6 millions d’euros d’argent de la collectivité pour rembourser un acte plus rituel que médical? Placer le débat de la circoncision sur ce seul plan serait un peu court. Au-delà, il faut surtout entendre des plaintes, des détresses.

+ Lire: On coupe,… si simple