Les carnets de Jean Schmitz : Au Séminaire de Floreffe (28 février)

Revivez la guerre 14-18 et la vie des Namurois durant l'occupation allemande à travers les yeux du chanoine Jean Schmitz et de ses carnets débutés le 23 août 1914.

Jean Schmitz raconte

C’est à partir de ce 23 août 1914 tragique, date de l’entrée des Allemands à Namur et à Dinant, que commence le carnet du du chanoine Jean Schmitz, secrétaire particulier de l’évêque de Namur Mgr Heylen.

Ce document inédit, qui relatera jour après jour la vie quotidienne des Namurois durant toute l’occupation, sera désormais notre fil conducteur principal pour cette série de longue haleine.

Quant aux journaux namurois, La Province de Namur disparaît, ses bureaux étant incendiés ; L’Ami de l’Ordre subsistera, mais sous contrôle allemand.

Lundi 28 février 1916

J’accompagne Mgr Heylen au Séminaire de Floreffe.

Le P. Tharsicius se rend à Liège, pour demander les noms des prêtres qui sont en Allemagne et auxquels s’intéresse le Saint Siège.

Ce sont le Chanoine Senden, condamné à 2 mois pour propos agressifs, puis dirigé sur l’Allemagne comme indésirable.

L’abbé de Pierpont, condamné à 2 ans,

L’abbé Op’ t’Rood, 10 ans, révolver chez lui et soupçonné de recrutement, le Doyen de Beeringen, jugé mardi ; le Gouverneur lui-même en a appelé contre son acquittement.

Quelques autres encore.

De là, il s’est rendu à Bruxelles sans rien apprendre de M. l’abbé Pierlot.