Les carnets de Jean Schmitz : Le censeur est furieux (2 février)

Revivez la guerre 14-18 et la vie des Namurois durant l'occupation allemande à travers les yeux du chanoine Jean Schmitz et de ses carnets débutés le 23 août 1914.

Jean Schmitz raconte

C’est à partir de ce 23 août 1914 tragique, date de l’entrée des Allemands à Namur et à Dinant, que commence le carnet du du chanoine Jean Schmitz, secrétaire particulier de l’évêque de Namur Mgr Heylen.

Ce document inédit, qui relatera jour après jour la vie quotidienne des Namurois durant toute l’occupation, sera désormais notre fil conducteur principal pour cette série de longue haleine.

Quant aux journaux namurois, La Province de Namur disparaît, ses bureaux étant incendiés ; L’Ami de l’Ordre subsistera, mais sous contrôle allemand.

Mercredi 2 février 1916

Le sermon de Monseigneur a eu un retentissement extraordinaire. Lundi, l’Ami de l’Ordre a voulu insérer un compte-rendu assez détaillé. Le Censeur, furieux, a refusé, disant qu’il devait en référer en haut lieu. M. Delvaux a voulu ensuite insérer un communiqué, disant que les nécessités actuelles ne permettaient pas l’insertion immédiate. Il a été refusé, sauf un petit passage annonçant simplement l’Instruction, que Delvaux a refusé d’insérer.