TOUR DU QATAR

Greg Van Avermaet peu enthousiasmé par le tracé du Mondial de Doha

Greg Van Avermaet peu enthousiasmé par le tracé du Mondial de Doha

Greg Van Avermaet est actuellement 6e du Tour du Qatar. BELGA

Greg Van Avermaet a terminé mardi à la 4e place de la 2e étape du Tour du Qatar, qui empruntait en grande partie le tracé des prochains championnats du monde de cyclisme sur route à Doha.

«Contre des gars comme Cavendish et Kristoff, c’est très difficile de gagner au sprint», s’est défendu le leader de l’équipe BMC.

Bien décidé à ne pas se faire piéger par les bordures, Van Avermaet avait fait en sorte de faire partie du premier peloton lundi, mais mardi le coureur belge s’est mis un moment en danger en ratant la première vague, ensemble avec Mark Cavendish. «Je me suis retrouvé un peu trop loin, près de Cavendish», explique-t-il. «Nous nous sommes retrouvés enfermés et d’un coup une partie du peloton avait pris la poudre d’escampette. Je n’ai jamais paniqué. Je savais qu’il restait quatre tours d’un circuit local et que tout pouvair rentrer dans l’ordre, d’autant plus que le retard n’a jamais été très conséquent.»

Un regroupement s’effectua en effet, avec un sprint massif en guise de conclusion et une 4e place pour Van Avermaet. Au classement général, il est toujours 6e, à 20 secondes du leader Cavendish, avant le contre-la-montre de mercredi. «J’espère pouvoir rouler un bon chrono et puis on verra bien.»

En dehors de la course proprement dite, le coureur de l’équipe BMC a aussi confié ses impressions sur le tracé des prochains Mondiaux de Doha. «Ce n’est pas un beau parcours», a commenté le Waeslandien. «Il faut constamment tourner et traverser des rond-points. Je crois que beaucoup de coureurs du peloton des Mondiaux viendront s’habituer à ce type de parcours sur nos kermesses en Belgique. C’est le tracé d’un critérium et il est fait pour les sprinters. Je pense que Tom Boonen sera notre leader d’équipe. Je voudrais bien aussi assumer ce rôle, mais ce n’est pas mon truc. Je le savais déjà avant de venir ici, mais maintenant que j’ai disputé cette étape, j’en suis convaincu. Le vent ne jouera pas un rôle sur ce parcours. Peut-être lors des 80 premiers kilomètres, mais comme aujourd’hui tout devrait rentrer dans l’ordre par la suite sur les circuits locaux, où le vent n’aura pas d’influence car il n’y a jamais de longue ligne droite», a conclu Van Avermaet. .