MÉDIAS

Agressions et insultes sur le web: licornes et petits lapins pour lutter contre les noms d’oiseaux

Agressions et insultes sur le web: licornes et petits lapins pour lutter contre les noms d’oiseaux

Les licornes partent en guerre contre les discours haineux Respectzone.org

Une ASBL française propose une façon originale de lutter contre les cyber-insultes et les agressions verbales sur le web. Via un «plugin», les injures et mots grossiers sont remplacés par des icônes très gnangnan, de quoi faire bisquer ceux qu’on appelle les «Haters».

Le projet s’intitule «Licornes vs. Haters». Il a été initié dans le cadre du label «Respect Zone» qui lui-même a été lancé par l’ASBL «initiative de Prévention de la haine». Dès l’origine, cette association s’est fixé un but très louable, sensibiliser « aux problèmes de la cyberviolence et de la dissémination de contenus haineux en ligne ».

Pour renforcer son action, l’association a mis en place un label «de l’éducation au respect, à porter sans modération ». Son nom, donc, «Respect zone», il est porteur d’une charte en cinq points dont le premier point est explicite: «Je publie des contenus (textes, hashtags, visuels, sons, vidéos...) qui ne dénient pas les droits et libertés fondamentales des autres individus, à la fois dans l’espace numérique (en ligne) et dans l’espace public (hors ligne)».

Au-delà des engagements personnels à susciter, l’ASBL a donc voulu aller un peu plus loin dans l’action en optant pour une opération ludique. Elle propose un «plugin» qui vient s’imposer comme un modérateur dans vos conversations sur les réseaux sociaux. Riche d’un répertoire de 200 mots, il vient substituer aux invectives et autres engueulades ordurières des «emoji» aux formes de friandises et gentils animaux souriants.

Une campagne en débat

Cette campagne ne plaît pas à tout le monde. Ainsi la vidéo publiée sur You Tube s’est payé des commentaires du style «truc de white knight de merde», et là on vous en a choisi un soft. Face à cela, «Respect Zone.org» se veut positif: «Merci à la poignée de Haters qui ont réagi négativement à la campagne www.respectzone.org Licornes vs. Haters. Les réactions de ces Haters contribuent à démontrer l’intérêt de l’opération Licornes. En effet, la liberté d’expression ne peut se confondre avec la liberté d’insulter. Trop de haine tue le web ».

Cette dernière sortie a alimenté le débat sur la liberté d’expression. La liberté d’insulter n’en fait-elle pas partie? Et quid des mots à double sens? Infantiliser les internautes de la sorte,est-ce que ce n’est pas les insulter? Etc. Un internaute oppose aussi un exemple à l’esprit et au fonctionnement du plugin expliquant qu’un compliment comme «Booba, ça déchire putain de sa race » pourrait facilement passer pour une insulte...

Quoiqu’il en soit, même si ce «plug in» a ses limites et ses contradicteurs, il aura eu le mérite de lancer une vraie campagne de sensibilisation qui rentre tout à fait dans les objectifs de l’ASBL.