BELGIQUE

La CGSP-Cheminots s’invite au bal de Jacqueline Galant à Jurbise

La CGSP-Cheminots s’invite au bal de Jacqueline Galant à Jurbise

La ministre de la Mobilité Jacqueline Galant BELGA

Entre 50 et 100 militants de la CGSP-Cheminots mèneront une action symbolique samedi soir à Jurbise à l’occasion du bal de la bourgmestre en titre Jacqueline Galant.

La ministre fédérale de la Mobilité recevra les diplômes des «bouchons» et de l’«immobilité».

La CGSP-cheminots de Bruxelles et le secteur CGSP-ALR entendent souligner l’importance du RER bruxellois sur lequel Jacqueline Galant a soufflé le chaud et froid cette semaine.

«Alors que mardi, la ministre Galant expliquait à la Commission Infrastructure qu’une mise complète à quatre voies de la ligne Bruxelles-Nivelles (ligne 124) et de la ligne Bruxelles-Ottignies (ligne 161) n’était plus nécessaire, elle assurait mercredi qu’elle déposerait un dossier pour mettre ces lignes à quatre voies», relève Philippe Dubois de la CGSP.

Pour la CGSP, la mise à quatre voies des deux lignes est nécessaire pour assurer la finition du projet RER. «Le RER devait être terminé en 2012. Aujourd’hui, il est question de seulement le terminer en 2025», précise la CGSP qui s’interroge sur le financement du projet RER.

«Charles Michel déclare que la mise à quatre voies est une priorité», indique le syndicat. «Ce même Charles Michel est pourtant le Premier ministre d’un gouvernement qui impose un plan d’économies de plus de 3 milliards d’euros entre 2015 et 2019 aux chemins de fer. Aujourd’hui, le fonds RER contient encore 105 millions d’euros. Or, Il faudra 700 à 900 millions pour terminer le projet. Arrêtons cette hypocrisie! On ne peut pas diminuer la dotation des chemins de fer de 20% et en même temps promettre aux usagers un développement de l’offre.»

Pour la CGSP, un plan ambitieux d’investissements pour les chemins de fer belges, au lieu d’un plan d’économies, devrait se mettre en place «pour empêcher que Bruxelles et de nombreuses villes se retrouvent engorgées complètement».

«L’action de samedi soir sera bon enfant mais le message sera important», a assuré Philippe Dubois. «Des militants viendront de plusieurs régions pour remettre ses diplômes à Jacqueline Galant.»