NEW YORK

Des Tournaisiens prennent la pose avec Chelsea, la fille de Bill et Hillary Clinton

Des Tournaisiens prennent la pose avec Chelsea,  la fille de Bill et Hillary Clinton

Camille Delannois et Chelsea Clinton affichent le même sourire au côté de Thierry Dumoulin. Com.

Une Tournaisienne, Camille Delannois, en visite à Big Apple et un Tournaisien, Thierry Dumoulin, travaillant à New York ont rencontré la fille de Bill et Hillary Clinton, lors de la campagne pour les primaires.

Camille Delannois, 22 ans, Tournaisienne, est étudiante en journalisme à l’Ihecs. Elle est la fille du bourgmestre ff de Tournai. Thierry Dumoulin est originaire d’Orcq et est âgé de 47 ans. En pleines primaires 2016, ils ont tous deux croisé la route de Chelsea Clinton (36 ans le 27 février prochain).

Camille est étudiante en journalisme à l’Ihecs et passait quelques jours de vacances à Big Apple.

Thierry vit (et travaille) sur place depuis plusieurs années déjà. Après des secondaires à l’athénée Bara, à Tournai, il est parti faire sa rhéto dans l’Illinois grâce au programme d’échange de l’AFS. Il est revenu au plat pays durant quelques années pour suivre des études de marketing à l’EPHEC à Bruxelles. Il a ensuite commencé sa carrière dans une agence de pub à Londres avant d’être transféré à la maison mère à New York. 

«Quelques jours avant que les électeurs de l’Iowa et du New Hampshire ne fassent leur choix, nous écrit Thierry, Camille et moi, nous avons eu l’occasion de rencontrer Chelsea Clinton, la fille de l’ancien président, alors qu’elle faisait campagne pour sa mère. Enceinte de son deuxième enfant, Chesea a rappelé aux militants locaux les positions de Hillary sur les sujets qui animent ses supporters, du réchauffement climatique au besoin de protéger les acquis des dernières années, en particulier l’assurance médicale pour tous surnommée Obamacare. Les semaines et les mois qui viennent nous réservent sans doute encore beaucoup de surprises dans une course à la Maison-Blanche particulièrement épique....»

Thierry nous a encore écrit que: «Cette campagne a déjà été fort mouvementée, grâce en particulier au milliardaire new-yorkais Donald Trump, dont les arguments se résument souvent à des insultes, soit envers des segments entiers de la population (comme les Mexicains, des «violeurs»), soit envers ses concurrents, librement qualifiés de «losers» laids et ennuyeux....»

Et pour immortaliser leur rencontre avec la fille de l’ex-président des États-Unis et, peut-être, de la future présidente, rien de tel qu’un selfie...