ÉCO

La stratégie de Brussels Airlines inquiète

La stratégie de Brussels Airlines inquiète

- BELGA

Brussels Airlines et sa société mère Lufthansa discutent de la future stratégie des deux entreprises, occasionnant l’inquiétude du personnel, rapporte la VRT.

Lufthansa a créé une nouvelle compagnie à bas coûts, Eurowings, et évalue si Brussels Airlines peut y être intégrée.

En juin dernier déjà, Lufthansa faisait savoir qu’elle évaluait la possibilité d’intégrer Brussels Airlines dans Eurowings, et d’en faire une société «hybride» combinant petits prix et service. L’agence de presse allemande DPA évoquait alors un nouveau nom, «Brusselwings», ce que le porte-parole de Lufthansa a démenti, précisant que le nom Brussels Airlines ne disparaîtrait pas.

Le porte-parole de Brussels Airlines, Geert Sciot, confirme désormais que des discussions sont en cours sur la stratégie future de Brussels Airlines, qui a renoué avec la rentabilité en 2015 après plusieurs années de perte. «Ces discussions ont lieu dans un contexte de bonnes relations. Lufthansa se penche sur deux pistes: celle d’un ‘méga hub’ et celle d’Eurowings. Nous regardons ce que Brussels Airlines peut faire dans ce contexte.»

Mais Brussels Airlines, détenue à 45% par les Allemands, veut garder son identité. «Nous l’avons toujours dit», commente encore M. Sciot. «Nous souhaitons garder notre identité, ainsi que les acquis sociaux et notre réseau.» Il faudrait donc selon lui des «arguments solides» pour toucher au nom. «C’est une marque forte, surtout en Belgique et en Afrique.» Il n’y a pas de date butoir aux pourparlers en cours, a-t-il encore précisé.

Lufthansa: «Pas encore de décision» quant à une intégration complète de Brussels Airlines

Lufthansa n’a pas encore pris de décision quant à la possibilité d’acquérir la totalité des actions de Brussels Airlines, a affirmé un porte-parole de la compagnie allemande qui détient actuellement 45% du capital de la compagnie belge.

Les Allemands avaient déboursé 65 millions d’euros pour acquérir, en 2009, cette part du capital de SN Airholding, le groupe gérant Brussels Airlines. A l’époque, il avait été décidé que Lufthansa pouvait acheter le reste des actions, ce qu’elle n’a toutefois pas encore fait.

Et aucune décision n’a pour l’instant été prise sur le sujet. «Nous sommes en train de voir si nous allons exercer notre option sur le reste des actions de Brussels Airlines. Nous l’avions déjà annoncé l’année passée mais la décision finale n’a pas encore été prise», a poursuivi le porte-parole.