SOCIÉTÉ

VIDEO | Le message de femmes excisées à leur communauté

Pour sensibiliser les femmes de leur pays d’origine, des femmes excisées prennent la parole face caméra. Leur message: «Les femmes non-excisées ne sont pas des femmes légères.»

C’est l’asbl Gams Belgique (Groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles) qui est à l’origine de cette vidéo. L’association considère que pour sensibiliser les femmes et les hommes du sud afin de ne plus pratiquer l’excision, les mieux placées sont les personnes issues des communautés . Elles racontent, dans leur langue natale, l’importance de ne pas exciser leurs petites filles.

 

«

Les femmes excisées croient que les non-excisées sont mauvaises.

»

 

Bah Asmiou de la communauté peule (Sahel-Sahara) de Belgique commence: «Nous supplions ceux qui sont là-bas qu’ils comprennent que les femmes non-excisé es ne sont pas de moeurs légères. Les femmes excisées croient que les non-excisées sont mauvaises. Il faut qu’elles comprennent que ce n’est pas une recommandation religieuse. C’est une tradition inutile. L’excision peut entraîner la stérilité ou des conséquences graves sur la santé des femmes.»

 

«

Pour moi, toutes les femmes du monde étaient excisées. C’est quand je suis arrivée ici que j’ai compris.

»

 

Bah Fatoumata originaire de Guinée, installée aujourd’hui en Belgique: «Pour moi si on n’était pas excisée, on n’était pas une vraie femme (...) Pour moi, toutes les femmes du monde étaient excisées. C’est quand je suis arrivée ici que j’ai compris.»

 

«

Mais il n’est écrit nulle part dans le Coran que tu dois être excisée.

»

 

Diallo Salima de Guinée explique que dans son pays, l’excision est vue comme obligatoire. «Même si on ne t’excise pas, on doit le simuler. Ainsi, tes voisins pensent que tu l’es. Car si tu n’es pas excisée, tu n’es pas considérée comme une vraie femme. C’est seulement une fois que tu es excisée que l’on va penser à te donner en mariage. (...) Mais il n’est écrit nulle part dans le Coran que tu dois être excisée.»

 

«

Si ton mari décide de faire exciser ta fille, tu ne peux pas t’y opposer.

»

 

Et d’ajouter la difficulté de faire entendre sa voix en tant que mère dans une société patriarclae: «En Afrique, ce sont les hommes qui commandent. Si ton mari décide de faire exciser ta fille, tu ne peux pas t’y opposer. Tu n’as pas le choix. Le sensibilisation que nous sommes en train de faire, ce n’est pas juste pour les femmes mais aussi pour les hommes car ce sont eux qui poussent les femmes en leur disant qu’une femme non-excisée va vers la débauche.»

 

Pour toucher les hommes, l’asbl Gams en partenariat avec d’autres associations, lance «Men speak out» une campagne orientée vers «le sexe fort» ce vendredi matin au residence palace de Bruxelles, à la veille de la journée mondiale de lutte contre les mutilations génitales. Les informations sur cette journée, c’est par ici: www.menspeakout.eu