Les Affaires étrangères ont bouclé leur "mouvement diplomatique" de l'été prochain qui concernera plus d'un quart (31 sur 120) des chefs de postes belges, avec quelques "grosses" ambassades ou représentations permanentes amenées à changer de titulaire, a-t-on appris vendredi de bonne source.

Et les diplomates étiquetés libéraux - comme leur ministre de tutelle, Didier Reynders (MR) - vont décrocher plusieurs postes importants, selon la liste complète des mutations obtenue par l'agence Belga et le quotidien 'Le Soir'.

L'actuel chef de cabinet du ministre, Marc Pecsteen de Buytswerve, a ainsi été désigné comme représentant permanent (ambassadeur) auprès des Nations unies à New York, alors que la Belgique brigue un siège de membre non permanent du Conseil de sécurité de l'ONU pour la période 2019-2020.

Quant à François Roux, qui fait office de "sherpa" du Premier ministre Charles Michel (MR), il succèdera auprès de l'UE à Dirk Wouters, ex-chef de cabinet de deux ministres CD&V, Herman Van Rompuy (CD&V) et Steven Vanackere.

M. Wouters sera ambassadeur à Washington - un autre "gros poste".

Le nouveau numéro deux belge à l'UE sera Jan Hoogmartens, actuel conseiller diplomatique du vice-Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld). Il remplacera Olivier Belle, étiquetté PS et désigné comme ambassadeur à Tel Aviv.

Une ambassade bilatérale de poids, celle de Kinshasa, changera de titulaire, avec l'arrivée de Bertrand de Crombrugghe de Picquendaele, en provenance de l'ONU à Genève, qui remplace un autre diplomate étiqueté MR, Michel Lastschenko.