ATTERT

Bernard Hoffer, ami de la Clairière depuis trente ans

Bernard Hoffer, ami de la Clairière depuis trente ans

Pour Bernard Hoffer, l’opération œufs de Pâques de la Clairière était sa grande passion. /

Bernard Hoffer, Monsieur œufs de Pâques à la Clairière, s’en est allé à l’âge de 55 ans. Il était bénévole au sein de l’ASBL depuis trente ans.

Bernard Hoffer, de Metzert (Attert) s’en est allé à l’âge de 55 ans après une maladie qui l’a miné durant des mois et des mois. Bernard Hoffer a travaillé à la Namsa (OTAN) à Capellen (GDL) et a participé à plusieurs missions, notamment à Kaboul.

En 1986, Bernard a succédé à son papa le major Léon Hoffer à la Clairière, rue de Sesselich à Arlon. Il y a exercé son mandat d’administrateur d’une manière exemplaire durant plus de trois décennies. Bernard Hoffer a souvent rappelé sa motivation au sein de la Clairière. Il aimait y consacrer de son temps et de sa personne pour aider les personnes handicapées à avoir leur juste place dans la société et pour que le soleil brille aussi pour eux. Un geste citoyen, mais aussi en souvenir de sa cousine Jojo!

L’opération des œufs,sa passion

Le président Jean-Claude Moncousin précise: «Il occupait jusqu’à ce jour le poste de second vice-président tout en étant responsable provincial de l’opération des œufs. Nous perdons un vrai bénévole et surtout un grand ami. En effet, Bernard était un grand homme qui aimait la vie et qui en profitait au maximum en faisant toujours bénéficier ses amis de sa générosité, de ses compétences et de son dynamisme. Il a exercé son mandat durant plus de trente années au sein de La Clairière. Tout d’abord comme bénévole durant les camps de vacances, ensuite comme administrateur à la suite de son papa. Ce fut un membre très actif et ponctuel à toutes les réunions. L’opération des œufs était sa passion, il prenait même congé de son travail à la Namsa durant les quinze jours de l’opération. Il connaissait et il tenait à rencontrer les différents responsables et vendeurs aux quatre coins la province. Le moment le plus heureux pour lui était celui de la soirée de clôture où il annonçait les résultats. Il connaissait tous les pensionnaires et les membres du personnel par leurs prénoms. Il avait repris la charge d’éditeur responsable de la revue trimestrielle “ Quoi de N’œuf ”, organe de communication de l’association. Il était très fier d’appartenir à La Clairière. Au risque de me répéter, c’était un bénévole sur qui l’on pouvait vraiment compter. La Clairière perd non seulement un administrateur, mais surtout un ami de tous.»

La cérémonie des funérailles aura lieu ce samedi 6 février, à 14 h, en l’église Saint-Donat, à d’Arlon.