BRUXELLES

Lutte contre le terrorisme: «D’où émaneront les 218 policiers déployés dans les communes "chaudes" de Bruxelles?»

Lutte contre le terrorisme: «D’où émaneront les 218 policiers déployés dans les communes "chaudes" de Bruxelles?»

Les deux syndicalistes jugent positif le fait que le ministre ait promis des agents supplémentaires pour lutter contre la radicalisation dans 7 communes bruxelloises situées le long du canal ainsi qu’à Vilvorde et espèrent que les promesses seront réellement mises en œuvre. BELGA

«D’où viendront l’argent et les 218 agents supplémentaires?»: les syndicats policiers se veulent méfiants avec les moyens annoncés dans le cadre du «Plan Canal» du ministre Jan Jambon censé lutter contre la radicalisation à Bruxelles.

Les syndicats policiers sont méfiants à l’égard du Plan Canal du ministre de l’Intérieur Jan Jambon. «Il faut le voir pour le croire», estime Vincent Houssin du syndicat libéral SLFP Police. «D’où viendront l’argent et les 218 agents supplémentaires?», s’interroge de son côté Carlo Medo du SNPS.

Les deux syndicalistes jugent positif le fait que le ministre ait promis des agents supplémentaires pour lutter contre la radicalisation dans 7 communes bruxelloises situées le long du canal ainsi qu’à Vilvorde et espèrent que les promesses seront réellement mises en œuvre.

«Nous voulons savoir d’où proviendra l’argent», explique Carlo Medo, président national du SNPS. «Les 15 millions d’euros promis viendront-ils effectivement de l’enveloppe de 400 millions d’euros prévue pour le plan national de sécurité? Et d’où émaneront les 218 policiers qui seront déployés dans les communes ‘chaudes’ de Bruxelles? S’ils proviennent d’autres services, par exemple de la police fédérale, cela aura peut-être un impact sur la sécurité. Et s’ils doivent encore être recrutés, cela signifie qu’il faudra encore longtemps avant qu’ils ne soient déployables.»

Besoin de «2.500 hommes pour remplacer ceux qui partent à la pension»

«La police locale mais aussi la police fédérale doivent être renforcées», indique pour sa part Vincent Houssin du SLFP Police. «Ce gouvernement n’a recruté que 800 des 1.400 agents nécessaires l’année dernière. Nous craignons qu’il n’y ait maintenant aucune solution structurelle pour les 2.500 hommes dont nous avons besoin pour remplacer ceux qui partent à la pension.»