BRUXELLES

Plan Canal contre le radicalisme: la surveillance des «cibles» pour la police locale?

Plan Canal contre le radicalisme: la surveillance des «cibles» pour la police locale?

Le Plan Canal visait d’abord Molenbeek avant d’être étendu à 5 zones de police. EdA - J. R.

La surveillance des individus fichés par l’Ocam va-t-elle échoir à la police locale? C’est l’impression que laisse le «Plan Canal» de Jan Jambon, qui filtre dans la presse. 5 zones de police de Bruxelles et périphérie sont concernées.

Le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA), présentera vendredi au gouvernement son Plan Canal destiné à combattre l’islamisme et la radicalisation. La police locale en sera le principal pilier en se voyant confier des tâches de renseignement et de surveillance des personnes soupçonnées de radicalisation, selon une copie du plan que L’Echo a pu se procurer.

Le Plan Canal, initialement prévu pour la seule commune de Molenbeek-Saint-Jean, a été étendu à sept autres communes (Bruxelles-Ville, Koekelberg, Schaerbeek, Saint-Josse-ten-Noode, Anderlecht, Saint-Gilles, Vilvorde) englobant cinq zones de police.

La police locale sera notamment chargée d’assurer le suivi des mosquées et des salles de prière mais aussi de repérer les immeubles subdivisés en unités locatives non réglementaires. Les agents seront formés au suivi des personnes radicalisées.

Cette opération, qui nécessite l’engagement de quelque 200 nouveaux policiers, aura un coût estimé à 15 millions d’euros, mais l’addition pourrait encore augmenter.