BILAN MI-MANDAT

Bilan mi-mandat à Namur : jouez au grand Jeu de Maxime l’oie

Diriger une ville, conduire une carrière politique, c’est en quelque sorte un grand Jeu de l’oie. Certains dossiers, certains événements vous aident à faire un bond, d’autres vous condamnent au surplace.

LIRE AUSSI | Bilan à mi-mandat : l’attelage à trois n’envisage pas de changer à Namur

Pour résumer de façon ludique ces trois premières années de la législature communale namuroise, nous vous proposons ce Jeu de l’oie. Vous y incarnerez le bourgmestre Maxime Prévot. Certaines cases vous seront favorables, et vous feront progresser. D’autres signifient des déconvenues, et vous imposeront une épreuve à accomplir, un moment de surplace, voire un recul.

Pas besoin de dés ici: l’agenda politique recèle suffisamment de surprises pour en tenir lieu.

Le but, au vrai Jeu de l’oie, est d’éviter de tomber dans le puits ou sur la tête de mort. Ici, il s’agit d’atteindre au mieux la ligne d’arrivée, qui est celle de l’échéance électorale 2018. En sachant qu’entre les cases 28 d’aujourd’hui et 63 du terminus, il reste pas mal d’inconnues!

Bon, ceci n’est qu’un jeu. Et si les événements mentionnés correspondent à des faits réels, les appréciations que nous leur donnons, en termes de «top » ou de «flop » pour l’action de l’actuelle majorité communale sont subjectives. Chacun peut les interpréter autrement.