Silly

L'«esprit sillien» anime la politique de tous les groupes

L'«esprit sillien» anime la politique de tous les groupes

Ouvert, positif, créatif et subtilement décalé, l'esprit sillien se concrétise à merveille dans le projet «?Sites en ligne?». Mais manifestement dans le comportement des familles politiques.. EdA

L'entité boisée a voté son budget 2016 à l'unanimité "grâce à l'esprit sillien" clame le conseil communal. Analysons ce concept fédérateur.

 

 

++ A lire aussi: Le regard de la majorité, Le regard de l'opposition, Qu'attendre des élections en 2018?, Logement: politique nuancée, Avec le cdH

 

Avant les dernières élections, le bourgmestre Christian Leclercq interrompt le cartel historique MR-PS en lice depuis la fusion des communes et crée une liste du bourgmestre; celle-ci rassemblait des membres MR et des sympathisants non encartés. Dans la foulée, Christian Leclercq annonce que, quels que soient les résultats, il ouvrira sa majorité à un autre parti. Personne, ou presque, ne doutait que l'élu serait le cdH d'Antoine Rasneur.

La LB remporte les élections et renforce la majorité du bourgmestre en conquérant un siège en plus qu'en 2006. Le cdH, lui, perd 3%, mais conserve ses cinq sièges. « La conjoncture fédérale ne nous était pas favorable » analyse Antoine Rasneur. ECOLO se maintient, tandis que le PS s'écroule en perdant quatre sièges; il est vrai que deux anciens PS, Christiane Moerman et Paul Dumont, sont passés sur la LB. « Nous avons été victimes de cette confusion auprès de nos électeurs » constate Yves van de Vloet.
Le maïeur tient parole et crée une majorité très large avec le cdH (16 sur 19).

LB et cdH se lancent dans la réalisation de leur déclaration de politique générale; le cdH prend en charge le CPAS et l'aménagement du territoire. « Nous sommes rentrés dans une majorité où nous n'étions pas a priori indispensables, mais nous avons décidé de le devenir en développant nos projets et en défendant la commune auprès de nos relais à la région. Prendre l'urbanisme en plus du CPAS représente un énorme travail, mais nous avions le souci de ne pas cantonner le cdH dans le cliché du social, même si, bien sûr, nous nous y engageons pleinement. » explique Antoine Rasneur. 

Lui-même et Christian Leclercq constatent leur complémentarité: « Nos deux groupes dépassent leur vision politique propre pour oeuvrer ensemble pour le bien de la commune. »

Les synergies entre les partis de la majorité n'excluent pas la minorité. Après des débuts amers et crispés liés à la rupture précitée, le PS s'est détendu à la suite de l'acceptation de certains de ses dossiers ( NDLR: par exemple, « Les territoires de la Mémoire ») par la majorité; ECOLO fait le même constat d'écoute et d'ouverture dans des dossiers comme les économies d'énergie ou les déplacements « doux ».

Cet « esprit sillien », qui a conduit au vote unanime du budget, permet de réelles interactions entre les composantes du conseil. Et l'unanimité n'a pas le moindre relent totalitaire.