BRUXELLES

Les ménages bruxellois s’agrandissent: voici pourquoi

Les ménages bruxellois s’agrandissent: voici pourquoi

La taille des ménages bruxellois tend à augmenter. L’immigration joue un rôle dans cette tendance. Reporters

Les ménages bruxellois restent les plus petits du pays. Mais ils tendent progressivement à s’étoffer. En cause: le boom démographique. Mais d’autres facteurs sont en jeu selon l’IBSA.

Les ménages bruxellois sont, en moyenne, les plus petits du pays avec 2,14 habitants par ménage. Ils sont cependant les seuls à afficher une croissance de leur taille moyenne. Ce qui veut dire que le nombre de Bruxellois faisant partie d’un ménage augmente plus vite que le nombre de ménages lui-même. C’est ce qui ressort d’une étude de l’IBSA, l’Institut Bruxellois de Statistique et d’Analyse.

Les ménages bruxellois s’agrandissent: voici pourquoi
-
«On compte de plus en plus de Bruxellois par ménage», observe Astrid Sierens dans le Focus N°13 de l’IBSA. «À l’inverse, la taille des ménages diminue dans les deux autres régions». Deux critères expliquent cette divergence: «D’une part, la diminution du nombre de ménages d’une personne. Et d’autre part, l’augmentation du nombre et de la taille moyenne des ménages composés de plusieurs personnes».

Les ménages bruxellois s’agrandissent: voici pourquoi
-
S’attachant à la composition des quelque 540.000 ménages bruxellois, l’IBSA remarque aussi que c’est la part des cohabitants avec et sans enfant qui augmente le plus ces 15 dernières années. Mais modère: «c’est pourtant les mariés avec enfant(s), dont la proportion n’augmente que très légèrement, qui restent, de loin, le principal type de ménages».

Les ménages bruxellois s’agrandissent: voici pourquoi
-
Il n’empêche: l’IBSA recommande tout de même de songer à ces compositions de ménages, notamment concernant le parc immobilier. «Cette situation modifie en effet certains besoins, notamment en matière de logement, avec par exemple une demande accrue pour des grands logements».

Globalement, à Bruxelles, notons enfin que le nombre de ménages est passé de 474.622 en 2001 à 542.670 ménages en 2015. «Soit une augmentation de 10,1%», calcule l’IBSA. Mais les chiffres développés ici le montrent: la croissance du nombre de ménages augmente donc moins vite que la population dans les 19 communes.