POLITIQUE

MR et cdH proposent de donner ses congés à ses collègues

MR et cdH proposent de donner ses congés à ses collègues

- Fotolia

Après le Mouvement réformateur (MR) en décembre, le cdH a déposé lundi une proposition de loi légalisant le don de congés.

La commission des Affaires sociales de la Chambre se penchera sur ces textes début mars, lit-on ce mercredi dans Le Soir. Le projet existe déjà en France et permet à un salarié de donner ses congés à un collègue. Un tel don ne pourrait être effectué que dans des cas très précis et de manière anonyme.

Pour le MR, cela ne serait possible que si le salarié qui reçoit les congés a un enfant de moins de 21 ans atteint d’une maladie, d’un handicap ou victime d’un accident grave. Le texte du CDH prévoit, lui, trois cas supplémentaires, dont le décès d’un conjoint ou d’un cohabitant légal.

Si le ministre de l’Emploi Kris Peeters (CD&V) soutient «à 100%» le principe, la Ligue des familles dit, elle, ne pas fermer la porte mais pointe toutefois les risques d’une telle mesure. Elle demande que le soutien aux parents vivant un drame familial soit pris en charge par la Sécurité sociale. Selon elle, la prise en charge et l’accompagnement d’un enfant très malade relèvent en effet de la responsabilité de l’Etat.

Elle propose que les dispositifs publics actuels (les crédits-temps et les congés thématiques) soient revalorisés et qu’il y ait davantage de structures de répit et de structures d’accueil, de qualité et accessibles à toutes les familles.

Les syndicats défavorables

La Ligue des familles attire l’attention sur les risques d’inégalités entre entreprises et entre collègues, de générosité aléatoire, d’exposition peu souhaitée par les parents concernés et de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle fragilisée.

Interrogés par Le Soir, les syndicats se montrent, eux, défavorables à la proposition. Ils estiment que ce n’est pas aux travailleurs de régler un problème de société. «C’est le rôle de la Sécurité sociale d’intervenir», avance Marc Goblet, le secrétaire général de la FGTB. «Il faut que l’Inami puisse prendre en charge ces parents et leur donner un revenu suffisant», ajoute-t-il.

La CSC plaide, elle, pour un système avec une allocation payée par la Sécurité sociale et avec une assimilation des périodes de congés thématiques ou de crédit-temps pour la pension.

Le monde patronal se montre, de son côté, prudent, ne disant ni oui, ni non à cette proposition. Pour la Fédération des entreprises de Belgique, «cela mérite réflexion». «Il faut un certain nombre de jours de travail pour pouvoir avoir droit à certaines allocations», rappelle-t-elle dans le quotidien.